Review de la nouvelle app de budget de Hardbacon

Review de la nouvelle app de budget de Hardbacon

Ok la gang, aujourd’hui je fais un review d’une nouvelle app de budget que j’ai essayé durant les derniers jours!

En plus, c’est une compagnie québécoise, alors ceux qui me demandaient pour une app de budget en français: Et voilà!

Hardbacon!

Et non, ce n’est pas mon grand frère, on utilise juste le même nom pour l’argent: du baconnnn!

Bon, à la base, Hardbacon était une plateforme qui permettait seulement de rassembler tous ses investissements à un même endroit, mais ils ont récemment restructuré et élargi leur app en ajoutant les sections de budget et de planification financière.

Et pour avoir essayer biiiin des applications et sites web de budget, je commence à connaître les musts pour qu’une app soit complète.

Voici donc les pros and cons de l’app de budget Hardbacon (avantages et désavantages, scusé mon franglais, j’habite à côté d’Ottôwô).

À lire aussi: Les 7 signes que tu doit t’occuper de tes finances personnelles

Pros:

  • L’app est gratuite: Les sections budget et planification financière sont accessibles complètement gratuitement. On aime! Il y a aussi un abonnement Premium pour ceux qui « jouent à bourse », comme dirait menoncle Gérard, et qui désirent gérer tous leurs investissements à un même endroit, pour 12.99$/mois ou 99$/année. Ça se pourrait que j’aie un code promo donnant 10% de rabais, j’dis ça j’dis rien (continue à lire).
  • Tu peux connecter tes comptes bancaires, donc finito les marathons pour aller regarder le solde de touuuuus tes comptes. Là, ils sont tous à un seul et même endroit. D’après moi, pour avoir une bonne app de budget, ça prend ça. La seule chose c’est que bien des gens ont peur de se faire voler des données en entrant leurs infos bancaires. Ce que je répond à ça, c’est que les apps de budget utilisent du cryptage et se conforment aux plus haut standards de sécurité. Par contre, rien ni personne n’est à l’abris d’un vol de donnée, pas même les plus grosses banques. Vous rappelez-vous les vols de données dont ont été victimes quelques grosses banques récemment? Mais bon, perso, je n’ai jamais eu de problèmes du genre.
  • Tu peux, bien évidemment, faire un budget: Il y a toutes les catégories dont tu as besoin pour catégoriser tes revenus et dépenses. Là, il te reste juste à donner une job à chaque piasse.
  • Tu peux planifier tes achats importants, comme l’achat d’une maison, d’une nouvelle voiture ou un autre achat important. Tu peux même voir l’impact que chaque achat important aura sur tes finances à long terme à l’aide d’une courbe de croissance. Les adeptes du mouvement FIRE peuvent même planifier leur retraite et voir à combien devrait être leur valeur nette à chaque année, afin d’atteindre la retraite ou la liberté financière. On pourra aussi bientôt créer des objectifs pour partir son entreprise et pour financer ses études!
  • Tu peux trouver la bonne carte de crédit pour toi avec leur comparateur de carte de crédit, que ce soit selon ton score de crédit, tes dépenses mensuelles et les récompenses que tu recherche, entre autres.
  • Tu peux trouver le meilleur site de courtage en ligne pour toi avec leur comparateur de courtiers en ligne: Si tu as l’intention et les connaissances pour te lancer en bourse, leur comparateur pourrait t’aider à trouver le meilleur outil pour tes besoins et tes objectifs.

À lire aussi: Un budget: Pourquoi et Comment?

Cons:

  • On ne peut pas encore inscrire nos actifs actuels: simplement dit, les hypothèques ne sont pas « liés » à un actif, ce qui fait que ça paraît comme une bin grosse dette sans rien pour contrebalancer. Je leur ai fait le commentaire et semblerait que ça s’en vient dans les prochaines semaines.
  • Il n’y a pas encore l’option pour classifier des sorties d’agent dans des « Comptes enregistrés »: J’aime bien planifier et faire le suivi des fonds que je dépose dans mon REER, CELI, REEE, etc.
  • Il n’y a pas de version sur l’ordinateur: Pour ma part, j’aime bien l’app pour voir mes comptes et survolé mon budget et mes dépenses. Sauf que pour tout ce qui est rapport et création de budget, j’aime vraiment mieux le faire sur l’ordinateur.

À lire aussi: Les 7 raisons qui te donneront envie d’investir maintenant

Mon verdict:

C’est une application qui est quand même nouvelle et en constante amélioration, alors il y a quelques petites choses à améliorer. Mais, somme toute, je crois honnêtement que ça vaut la peine de la découvrir. Elle a beaucoup de potentiel et je crois qu’elle plaira plus particulièrement aux milléniaux, de par son interface jeune et actuelle. Je ne crois pas qu’elle a surclassé Mint, mais elle est assurément dans mon top 3.

Pour sa part, l’abonnement Premium te permettra d’optimiser ton portefeuille grâce aux diagnostics, rapports et scores qui sont attribués à chaque comptes. Tu pourras aussi créer des alertes boursières pour ne pas manquer l’occasion d’acheter des actions d’une compagnie que tu aimes, à un prix que tu aimes!

Il y a une période d’essaie gratuite de 30 jours et tu peux utiliser le code BACON10 pour obtenir 10% de rabais sur ton abonnement.

Pourra pô dire jt’ai jamâ rien donné.

Ciao

V.

Cet article a été commandité par Hardbacon et la critique est basée sur mon expérience personnelle. En aucun cas Hardbacon ne m’a imposé un opinion.

Comment je gère mes placements dans des moments de crise?

Comment je gère mes placements dans des moments de crise?

Les informations contenues dans cet article ne devraient pas être prises comme des recommandations ou des conseils, mais plutôt comme un texte d’opinion qui partage ma pratique actuelle.


Pas plus tard qu’hier, j’était encore au Portugal entrain de profiter des beaux paysages que ce magnifique pays a à offrir. Sauf que ce fût une fin de voyage assez, comment dire, impatiemment attendue. Pas qu’on avait hâte de finir nos dernières vacances en tant qu’être humains indépendants (futurs parents lol), mais on avait plutôt hâte d’être en sol canadien. C’est lors de notre dernière soirée que la panique générale envers le Coronavirus s’est installé un peu partout dans le monde. On s’est donc mis à prier pour que notre vol ne soit pas canceller. Heureusement, tout s’est bien passé et nous sommes finalement revenus en terrain connu.

C’est dans des moments comme celui-ci qu’on se rend compte que tout est connecté. La santé, l’économie, le divertissement, le commerce, etc. Le COVID-19 amène son lot de panique, de négativité et de peur, mais c’est important de se garder informé et de ne pas perdre son bon sens.

Un des plus gros dommage collatéral du virus est envers l’économie. Les marchés boursiers et les PME sont durement affectés et la plupart de la population perd de gros montant dans leur investissement.

La question qui revient dans les pensées de tout le monde est : Qu’est-ce que je dois faire?

Personne ne peut prédire la tournure des évènements, personne. Personne ne peut non plus prédire le développement du coronavirus ni les fluctuations du marché boursier. Chaque annonce de nos dirigeants affectent directement nos placements, comme l’annonce de Justin Trudeau aujourd’hui qu’il pense à fermer les douanes. Donc, de vouloir prendre des actions importantes pour gérer ses investissements peut être risqué. Bref, c’est comme ça que moi je le perçois.

La façon de réagir à cette situation est propre à chacun. Moi, je décide de…ne rien faire parce qu’à mon avis, la constance est clé dans la construction de son patrimoine.

L’idée derrière mon statu quo est que je continue d’investir dans mes comptes enregistrés comme à l’habitude, donc les mêmes montants aux mêmes échéances. En continuant à y contribuer, j’augmente mes chances de limiter mes pertes et je réduis mon coût moyen d’achat.

Le coût moyen d’achat est le montant moyen pour lequel quelqu’un a dépensé pour une action. Il varie en fonction des achats et ventes des actions détenues.

Donc, disons qu’avant la crise, mon coût moyen d’achat était de 50$ (chiffres très fictif) et maintenant le prix de l’action est à 20$. En continuant à contribuer, et donc à acheter des actions en rabais à 20$, mon coût moyen diminue, donc ma capacité d’encaisser les pertes augmente. Mon coût moyen, qui est maintenant de 30$ par action, allège ma perte à 10$ par action (considérant que l’action est à 20$) au lieu de 30$ par action avec mon coût moyen initial de 50$.

Alors, admettons que le marché ne remonte pas tout de suite à 50$ de l’action, mais qu’il réussit à atteindre les 30$, mes pertes seront effacés parce que mon coût moyen est à 30$. Et c’est lorsque l’action atteint 30$ que je recommencerai à faire des gains.

Si le marché remonte rapidement à 50$ par action, et bien j’en sortirai gagnante, parce que mon gain aura commencé lorsque l’action aura atteint les 30$. C’est, très simplement expliqué, comme ça que les investisseurs perçoivent le marché comme étant en rabais lorsque qu’on vit une crise comme celle qu’on vit aujourd’hui.

Certains aimeront mieux la jouer « prudent » et se retirer des marchés après avoir perdu de gros montant. C’est très comprenable, c’est dans la nature du cerveau de réagir avec la peur pour se protéger. Le problème avec ça c’est que, oui ils limitent leurs pertes, mais ils tuent toutes chances de refaire leur argent, et peut-être même plus. Certains voudront re-entrer dans le marché lorsque celui-ci aura atteint le fond, mais ça, ça s’appelle « timer le marché » et ce n’est vraiment pas conseiller, surtout dans des moments comme celui-ci.

Il y a même une étude qui prouve qu’un chimpanzé avec les yeux bandés qui lance des fléchettes sur un tableau pour choisir un portefeuille a plus de chance de réussir à battre le marché qu’un portefeuille méticuleusement choisit par un expert dans le domaine.

Bref, dans l’ensemble, en ce moment, le plus important c’est l’entraide. Le chaos dans les épiceries et la saga du papier de toilette pourraient être évités. Réfléchissez rationnellement et ne vous laissez pas embarquer dans les vagues de panique qui engendrent ce genre de comportement et fiez-vous aux vraies sources d’informations. C’est dans ces moments que les personnes les plus vulnérables ont besoin de nous, fringants et responsable citoyens que nous sommes.

Sur ce, que ma quarantaine de 2 semaines commence!

V.

La pire erreur à faire en tant que premier acheteur: S’acheter une maison

La pire erreur à faire en tant que premier acheteur: S’acheter une maison

Oui, oui.

Je sais ce que t’es entrain de te dire.

« Bin LÀ:

C’est pour ça que j’économise depuis 4 ans;

Je suis tanné de payer dans le vide pour me loger;

Je veux être propriétaire!!!;

Je veux acheter ma maison de rêve, elle est à vendre en plus! »

Mais je te le redis, c’est la pire erreur que tu pourrais faire si tu recherches moindrement l’indépendance financière.

Contrairement à la croyance populaire, une maison dont tu es propriétaire occupant à 100% n’est PAS un actif.

C’est une dépense, un passif.

Pourquoi? Parce que tu n’as aucun revenu relié à ta maison.

C’est toi qui paye ton hypothèque. C’est toi qui paye les taxes foncières. C’est toi qui paye les réparations. Etc.

Oui, tu pourras la revendre et peut-être faire un profit, mais elle aura été financé à 100% par ta poche.

Combien de personnes se sont achetés une maison et qui, à un moment donné, ont dû vendre pour acheter plus petit ou même pour louer parce qu’ils se sentaient pris?

Combien de personnes sont devenus financièrement indépendants avec seulement une maison et aucun investissement? Quels qu’ils soient.

Une maison, je me répète, c’est une dépense.

En plus, le montant d’intérêt que tu auras payé à la fin de ton hypothèque sera presque le double du montant d’achat de ta maison.

Tu auras donc financé, de tes poches, DEUX maisons.

Payant comme « investissement » eh?

Alors, pourquoi ne pas faire financer sa maison par l’argent que fait ton argent?

Autrement dit, pourquoi ne pas faire travailler ton argent, pour ses revenus financent ta maison?

Avant de tomber dans le vif du sujet, voici quelques définitions :


Qu’est-ce que l’indépendance financière?

L’indépendance, l’autonomie ou la liberté financière c’est le fait de pouvoir vivre sans dépendre d’un salaire, donc d’un emploi. C’est avoir la liberté de faire ce qui nous plaît et gagner notre vie en faisant travailler notre argent pour nous au lieu de, nous, travailler pour l’argent. Le concept de l’indépendance financière permet de se sortir de la « rat race » ou plus précisément, du 9 à 5 classique.

Plusieurs blogues sont devenus extrêmement populaire autour de ce sujet dont Smart Passive Income et Mr. Money Mustache.


Qu’est-ce qu’un passif?

Un passif est un élément qui crée des dépenses et aucun revenu. Une hypothèque, un prêt pour une voiture, des meubles, un spa, etc. sont tous des éléments passifs d’un portefeuille.


Qu’est-ce qu’un actif?

Un actif, quant à lui, génère continuellement des revenus. Oui, il peut y avoir des dépenses reliés, mais elles seront absorbés par les revenus. Un immeuble à revenu, un investissement à la bourse, un REER, un CELI, etc. sont tous des actifs. Ce sont les actifs qui permettront de faire grossir son avoir net.


Qu’est-ce qu’un avoir net?

Simplement illustré : l’avoir net c’est les actifs – les passifs. Ça nous permet de savoir combien nos investissement valent après avoir déduit nos passifs et nos dettes.


Qu’est-ce qu’un retour sur investissement?

Plus communément appelé le ROI (Return On Investment), le retour sur investissement est un taux utilisé par les investisseurs pour déterminer si un investissement en vaut la peine. L’investisseur investira dans des opportunités qui lui permettront de récupérer son investissement rapidement.


Qu’est-ce que l’effet levier?

L’effet levier, pour les besoins de cet article, c’est la capacité d’acquérir des investissements grâce à l’endettement. C’est ça qui te permet d’acheter une maison même si tu n’as pas les fonds nécessaires.


Alors, comment financer sa maison avec ses investissements?

Ce n’est pas financer sa maison avec ses investissements comme financer sa maison avec les revenus générés par ses investissements.

Pour se faire, il faut avoir des investissements, des actifs. Il faut que le moulin tourne et que des revenus soient générés. C’est là le problème de vouloir s’acheter une maison comme première propriété.

En étant trop pressé et en voulant une maison unifamiliale tout de suite, tu passes à côté d’une opportunité en or. Celle de la liberté financière. Elle ne s’acquiert pas du jour au lendemain, mais au fil du temps, en prenant des décisions éclairées, elle se pointera le bout du nez.

La question à se poser est : As-tu un moulin (investissement) qui génère des revenus? Si non, tu fais erreur. Ou plutôt, la partie de toi qui veut être financièrement libre fait erreur.

Penses-y un peu.

Si, disons, tu t’achètes un duplex pour commencer et que tu fais une croix sur ta maison de rêve pour quelques années.

Aux fils des mois, des années, le capital payé de ton hypothèque augmentera et tu n’auras eu qu’à verser 50% des frais. L’autre 50% sera financé par ton locataire. Après quelques années, tu seras en mesure d’utilisé ton effet levier pour refinancer ton duplex et ainsi avoir la mise de fond pour ta maison (ou pour ton 2em investissement si tu as compris le principe). Tu auras donc maintenant un duplex 100% locatif et donc deux fois plus de revenus générés par cet actif.

Ce n’est pas la méthode la plus rapide, mais elle est beaucoup plus efficace que la « méthode : on s’achète notre maison de rêve en premier ». Cet actif t’auras permis d’acheter une maison et en plus, tu auras un flux de revenus supplémentaire.

Plus tu augmenteras tes actifs, plus les retombés seront bonnes et plus elles pourront t’aider à financer des achats passifs (ou d’autres actifs ;)). Et ce n’est pas obligé d’être des investissements immobilier. Ça peut être des investissements boursier, un blogue, un entreprise, etc.


Dans cet article, je tenais à te présenter l’idée en général. C’est, dans plusieurs des cas, beaucoup plus complexe que ça, mais l’idée reste relativement simple.

Si tu aimerais en savoir plus sur le concept de l’actif et du passif, de l’indépendance financière, des investissements, etc., je te conseille fortement d’aller lire le livre de Robert T. Kiyosaki, Père riche père pauvre. C’est un livre d’une simplicité surprenante qui t’aideras assurément à trouver ta voie dans cet océan d’opportunités.



Comment générer des revenus continus même en dormant?

On est mercredi matin, tu conduis pour aller au bureau et les routes ne sont vraiment pas belle. Tu arrives au bureau, tu te stationnes, sors de ton auto, commence à marcher vers le bureau et BANG. Tu te pète solidement la gueule en glissant sur une plaque de glace.

Tu rentres quand même au bureau, mais avec un solide mal de tête. Tu es zéro capable de te concentrer et plus tard tu dois même te rendre à la salle de bain pour y être malade.

Shit, une commotion cérébrale. « Comme si j’avais le temps », te dis-tu.

Tu te rends chez ton médecin, qui te signeras un congé forcé pour 1 mois (c’est une grosse commotion🤷🏽‍♀️).

Ton employeur ne t’indemnise pas parce que l’incident ne s’est pas passé sur les lieux de travail, tu n’as pas d’assurance invalidité et ta banque de congé maladie est à zéro.

Qu’est-ce que se passe dans ce temps-là? Tu n’as aucun salaire pendant un mois et les factures elles, n’arrêtent pas de rentrer pour autant.

Si tu n’as pas de fond d’urgence ou d’économies, ce sont tes cartes et marges de crédit qui vont en écoper.


Cet exemple est simplement pour démontrer que nous ne sommes pas à l’abris des imprévues et que n’importe quoi peut arriver à n’importe qui.

Un mois sans salaire, c’est pas si pire que ça. Tout dépendant de tes dépenses mensuelles, ça fait un petit trou dans tes finances, mais qui est relativement facile à récupérer.

Mais admettons que tu deviens invalide pour 6 mois, 1 an, 2 ans? Ouf, là ce n’est plus la même game.

Malheureusement, il y a des choses dans la vie qu’on ne peut pas contrôler, comme les accidents, les maladies graves et le comportement des autres.

Par contre, je te rassure, il y a bien des choses que tu peux contrôler, comme par exemple, tes revenus.

Si tu te dis : « Euh, nope! C’est mon boss qui contrôle mon salaire », et bien j’ai une bonne nouvelle pour toi.

Je ne parle pas ici de ton salaire, mais bien de tes revenus. TOUS tes revenus.

Selon Robert T. Kiyosaki, auteur du livre Père riche père pauvre, ce sont les pauvres qui travaillent pour de l’argent. Les riches font travailler l’argent pour eux.

Derrière ce principe se cache un concept qui consiste à générer un flow de revenu constant et ce, même en dormant. Un concept qui te permettrait d’avoir plusieurs sources de revenus et ainsi te protéger contre les imprévues de la vie.

Ce sont les revenus passifs.

Avoir une source de revenu c’est bien, mais deux, c’est mieux. Trois, quatre, cinq sources de revenu? Là on jase!


C’est quoi un revenu passif?

Un revenu passif, c’est comme un revenu d’arrière-plan, je dirais. C’est un revenu qui découle de quelque chose qui « travaille tout seul ». Un salaire n’est pas un revenu passif, parce que tu dois travailler activement pour cet argent. Un revenu passif sera généré automatiquement, sans que tu sois obligé d’être là.

Quelques exemples de revenus non-passifs seraient : ton 9h à 5h, une entreprise qui offrent des services de consultation, des services d’entretien, etc. Ces sources de revenus nécessitent ta présence pour fonctionner. Ça pourrait devenir quelque chose qui « roule » tout seul un jour, mais tu devras toujours être présent pour régler des problèmes, trouver des contrats, assurer la viabilité de l’entreprise, etc.

Donc, les revenus passifs te libèrent de cette obligation et génèrent des revenus pour toi pendant que tu dors, pendant que tu es à la plage, pendant que tu voyages, name it.

Attention : à ne pas confondre avec de la loterie. Ce n’est pas facile de créer des revenus passifs. Ça prend du travail et de la rigueur pour en venir à des bons résultats.

Selon moi, il y a plusieurs niveaux de revenus passifs. Ceux du premier niveau (très rare) ne demandent presque pas de préparation et de gestion et ceux du cinquième niveau demandent plus de préparation et de gestion.

À noter que ceux qui sont étiquetés de niveau 3, 4 et 5 prennent plus de temps à devenir « passif », mais ce sont, entre-autre, ceux qui pourraient te permettre de rapporter gros à long terme si tu n’as pas les fonds pour investir considérablement.

L’idée ici est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. La diversification de portefeuille ne s’applique pas juste à la bourse, mais ici aussi.

Ça t’intéresse?

En voici quelques-uns!


Investissement immobilier

Commençons avec quelque chose que tout le monde connait : l’immobilier.

Auparavant un type d’investissement principalement convoité par des gens d’expérience et plus fortuné, l’immobilier est devenu très populaire auprès des jeunes et de la classe moyenne. En partie parce que c’est maintenant beaucoup plus accessible grâce aux taux hypothécaire considérablement plus abordable et aux techniques découvertes au fil des années.

Par contre, l’erreur que la plupart des débutants font, c’est de ne pas s’informer et s’éduquer sur le sujet. C’est, bien souvent, ces personnes qui te diront de ne pas t’embarquer là-dedans parce qu’ils n’ont pas eu une belle expérience. Personnellement, j’ai mon lot de problème avec mes investissements immobilier, mais je vois ça comme un apprentissage.

Il y a plusieurs types d’investissement immobilier. Tout dépendant de ta volonté, ton niveau d’implication peut varier.

Investisseurs silencieux (niveau 1)

Ta seule job ici c’est de crasher le cash et d’attendre ton retour sur investissement ou la vente de l’immeuble. C’est la forme la plus passive d’investissement immobilier parce que ce n’est pas toi qui s’occupe faire la recherche, ni le processus d’achat,  la gestion ou même de la vente. Tu dois par contre faire ton « due diligence » pour t’assurer que tu prêtes ton argent à des personnes responsables et informés et que ton argent sera bien investit.

Investisseurs/non-gestionnaires (niveau 3):

Dans ce genre d’investissement, tu t’occupes de la recherche et du processus d’achat. La gestion de l’immeuble sera confié à une compagnie compétente à un certain coût. Tes profits seront affectés, mais ta santé mentale sera moins atteinte. Joke…ou pas…

Investisseurs/gestionnaires (niveau 5):

Là, tu gères tout. Du processus d’achat au déneigement. Tes locataires feront partis de ta vie. Je le classe encore dans des revenus passifs, parce que ce n’est pas une job de 40h semaine et l’argent rentre, en principe, à chaque mois. Si tu as 60 portes, c’est une autre histoire. Mais, je me demanderais pourquoi tu n’aurais pas encore embauché de gestionnaire.

Tu as le temps et la volonté mais tu n’as pas les fonds? Va chercher des investisseurs silencieux qui pourront investir dans ton projet et bâtis-toi un portefeuille à partir de là. Éventuellement, tu n’auras plus besoin de ses investisseurs, à moins que tu aie des idées de grandeur.

louer un espace inutilisé (niveau 1)

Bien des gens cherchent des endroits pour entreposer temporairement leur motos, bateaux, boites, meubles, etc. Si tu as un garage, une remise, un sous-sol ou une pièce chez toi dont tu te sers plus ou moins, loue-la. Je sais qu’il y a un site québécois qui ressemble un peu à Airbnb et qui permet de louer nos espaces, mais je n’arrive plus à le trouver. Si tu le connais n’hésite pas à le partager dans les commentaires.

Petit fait cocasse : j’ai récemment vue sur le groupe des Mordus de l’immobilier un corridor de 100 pieds à louer à New-York pour 650$ par mois 😳. Et à voir le prix des logements là-bas, je n’ai aucun doute que ce soit déjà loué.

P.S. Si l’investissement immobilier est dans tes intérêts, tu devrais vraiment songer à t’inscrire dans ce groupe. Il y a beaucoup d’expériences et de trucs partagés.

Airbnb à gestion (niveau 1)

Je suis d’accord, Airbnb dans sa forme la plus simple n’est pas un revenu passif. Ça demande beaucoup de travail et de gestion. Mais admettons que tu loue ton chalet et que tu engages une compagnie de gestion d’Airbnb? La seule chose qu’il te reste à faire c’est booker les fin de semaines que tu veux profiter de ton chalet et le reste, la compagnie de gestion s’en charge!

Investir dans des actions à dividendes élevés: les REITs (niveau 1)

Tu rêves de te lancer dans l’immobilier mais tu n’as pas les fonds ni le temps nécessaire? Et bien c’est possible! Avec les REITs.

De quesser? Les Real Estate Investment Trust (REIT) ou les Fiducies de Placement Immobilier (FPI) sont, simplement dit, des compagnie dont les actions négociés en bourse permettent aux investisseurs d’investir dans l’immobilier sans devenir propriétaire. C’est comme si tu investissais dans un groupe immobilier qui eux se chargent de tout; le processus d’achat, la gestion, la vente, etc. Et bonne nouvelle, ce sont des actions à dividendes élevés puisqu’ils sont dans l’obligation de distribuer 90% de leur profit à leurs investisseurs. Le REIT est donc une belle option à considérer pour son portefeuille d’actions et un beau revenu passif à ajouter dans ses poches.


Vente en ligne

Vendre de l’art imprimable sur Etsy (niveau 2)

Les artistes ou même les personnes qui se débrouillent avec Canva peuvent créer de l’art numérique et le vendre en ligne sur Etsy. Ça prend un peu de travail au début mais après tout peut être automatisé pour générer des revenus passifs comme par magie!

Créer une boutique de dropshipping en ligne (niveau 4)

Tu as beaucoup de temps libre? Profites-en pour créer une boutique en ligne et vendre les produits des autres. Tout ça, sans jamais voir l’inventaire. Ça s’appelle le dropshipping. L’idée est d’automatisé tout le processus. Ça prend du temps, mais avec des outils user friendly comme Tundra et Shopify, ça peut se faire assez rapidement. Je n’entrerai pas dans les détails parce que j’en aurais pour des heures, mais je t’invite fortement à t’informer si ça t’allume.

Vendre des produits numérique (niveau 2)

90% du temps, avoir une boutique en ligne implique beaucoup de travail. Mais ça c’est si on vend et fait la manutention des produits physiques. Donc, pour que ce soit un revenu passif, il faudrait vendre des produits numériques et que tout le processus de vente soit automatisé. Oui ça prendra beaucoup de travail pour configurer le tout, mais après ça roulera presque tout seul.

T’excelle dans Excel😂? Crée des spreadsheets et vend les.

T’es bon(ne) dans le design graphique? Crée des infographie modifiable et vend les.

Crée un agenda imprimable et vend le.

Tu comprends le principe?

Créer et vendre un cours ou une formation en ligne (niveau 3)

Tu es doué dans un domaine? Met ton talent à profit et crée des formations en ligne. Tu seras payé pour enseigner de façon récurrente, mais réellement, tu n’auras enseigner qu’une seule et unique fois : à l’enregistrement. Les questions des étudiants devront être répondus régulièrement mais éventuellement, si c’est rentable tu pourrais avoir quelqu’un qui fait tout ça à ta place. Il y a une plateforme qui te permettrais de le faire assez facilement : Teachable.

Écrire et vendre un Ebook (niveau 3)

Écrire un Ebook est une très belle façon de faire des revenus passifs récurrents. Tu peux écrire un Ebook sur tellement de sujet et en plus, bien souvent, les Ebooks ne sont pas très volumineux donc ça ne prend pas des années à écrire.

Petit truc : écris un Ebook et vend le 0.99$ sur Amazon pour une semaine durant le lancement. Ce sera plus facile pour ton entourage de t’encourager et ton Ebook se classera bien probablement au top, ce qui facilitera la vente au prix régulier.

Vendre ses photos et/ou vidéos (niveau 2)

Tu te débrouilles avec un Kodak? Vendre ses photos et ses vidéos sur des sites tel que Shutterstock peut-être lucratif. Je ne l’ai pas essayer, donc je te laisse l’explorer.


YouTube

Faire des vidéos YouTube (niveau 3)

Malgré que je n’ai pas encore fait le saut dans le monde de YouTube, je crois que c’est une des plus belles plateformes pour monétiser du contenu à long terme. YouTube est une des plateformes de recherche avec le plus de notoriété au monde. Oui c’est beaucoup de travail créer le contenu, mais si tu as une bonne audience, ton contenu générera des revenus tant et aussi longtemps que tes vidéos seront écoutés. Les vidéos de tutoriels et de reviews sont, à ma connaissance, parmi les meilleurs catégories pour avoir un revenu récurrent parce que les gens vont rechercher sur ces sujets.


Autres investissements

Plateforme de prêt « Peer-to-Peer Lending » (niveau 1)

ÇA j’ai hâte que ça arrive en ville. Les régulations du Québec ne le permet pas encore mais c’est permis ailleurs au Canada (meh). C’est très populaire aux États-Unis et ça consiste à investir sur une plateforme de prêt « pair à pair ».

Il existe plusieurs plateformes telle que  Lending Loop, qui est 100% canadien, Mintos, Crowd Estate et ReInvest24. Ces dernières ne sont pas canadiennes, mais accessible aux canadiens et les transferts peuvent être plus abordable à l’aide de Transfert Wise.

J’ai été capable de m’inscrire sur Mintos en tant que résidente du Québec, mais je n’ai pas encore investis dans rien. Si tu tentes l’expérience, s’il-te-plaît écris-moi!

L’investissement peut être aussi peu que 50$ sur certaines plateformes et les retours peuvent variés autour de 7% (et même 14% sur les plateformes de Real Estate). C’est comme si tu étais une banque et que tu faisais un prêt pour une hypothèque, un prêt d’entreprise ou prêt personnel. Une fois le prêt accordé, tu reçois des paiements mensuels ou bimensuels de capital et intérêts. C’est tu pas beauuuu!

P.S. Ce serait vraiment hors de mes valeurs de faire des prêts personnels à des gens qui strugglent, mais tu peux choisir dans quels prêts tu investis et, pour ma part, ce sera uniquement pour les entreprises et à des fins d’investissement.

Actions à dividendes élevés (niveau 1)

Dans le même genre que les REITs, il existe des actions à dividendes élevés qui feront grandir tes investissements à long terme. Personnellement, mes dividendes sont automatiquement réinvestis puisque je n’ai pas besoin d’un salaire d’extra en ce moment. Mes investissements génèrent donc plus de fonds de mois en mois, d’année en année et ce même si je déciderais de ne plus y injecter d’argent.


Marketing d’affiliation

Le dernier mais non le moindre, le fameux marketing d’affiliation. La nouvelle (pas si nouvelle que ça) façon de faire une commission sur la vente d’un produit que tu promeus. Il y a plusieurs façon d’intégrer le marketing d’affiliation à tes revenus passifs. Et contrairement à ce que tu penses, tu n’es pas obligé d’être « influenceur » pour y arriver.

Être engagé sur les groupes Facebook (niveau 1)

Comme je disais, pas obligé d’être « influenceur » ou avoir une grosse audience pour ajouter cette source de revenu à ton arc. Il suffit d’être engagé sur les groupes dont tu fais partit et trouver des produits avec des liens d’affiliation. Par exemple, Amazon Associates ont un excellent programme, Olivier Lambert aussi pour ses formations, Rakuten, Airbnb, etc.

« Pinner » sur Pinterest (niveau 1)

Ça non plus tu n’as pas besoin d’avoir une grosse audience pour pouvoir faire du marketing d’affiliation. À ma grande surprise, j’ai récemment remarqué que j’avais au-dessus de 2K de « monthly viewers » sur Pinterest.

« Whuuuut? Bin voyons je fais juste « repiner » les chambres de bébé pour des idées. »

Bin ça s’adonne que quand tu pin des trucs vraiment trendy, Pinterest aime ça! Bon, encore là je suis vraiment pas une pro, mais j’ai continué à repiner des images de décos, de bébés, etc., et là, je suis rendu à 12k montlhy viewers 😳. J’ai donc commencé à publier mes articles sur Pinterest et ça m’apporte un peu de traffic. C’est mieux que rien.

Mais tout ça pour dire que ce serait facile de faire du marketing d’affiliation en créant des Pins avec tes liens d’affiliation. Je vais l’essayer et vous en donnerai des nouvelles!

Être un guest poster sur un blogue (niveau 2)

Disons que tu aimes écrire mais que tu ne possèdes pas la patience et la volonté de faire un blogue. Eh bien, rien ne t’empêches d’écrire sur les blogues des autres. La plupart des blogues sont constamment à la recherche de collaborateurs. Ne te fit pas sur une paye, mais bien sur ton opportunité de partager tes liens d’affiliation.

Avoir un blogue (niveau 4)

Non, toi tu veux un blogue! Bin go! Tu pourrais avoir un revenu de publicité. Ok, ça prend beauuuuuucoup de trafic pour avoir des revenus considérable, mais ça pourrait quand même faire une différence dans tes finances.

Si tu veux te partir un blogue mais que tu ne sais pas par où commencer; écris-moi. Il me fera plus que plaisir de t’aider et te conseiller.

Landing page gratuite de liens d’affiliation (niveau 1)

Je VIENS littéralement de le découvrir celui-là. Invitation.codes, c’est un site qui permet de faire une page personnelle avec tous tes codes d’affiliation. Tu partages ça dans tes réseaux sociaux et bam! Tu peux commencer à faire des revenus d’affiliation. Je te partage ma page pour te donner une idée : clique ici!

Promouvoir des brands sur instagram (niveau 3)

Là, tu deviens full on associé avec la compagnie. Bien souvent ce sont les compagnies qui vont t’approcher avec des offres telle que : 15% de rabais, 50% de rabais, produits gratuits ou avec rémunération tout dépendant de la grosseur de ton audience. Ensuite tu devras publié des photos avec leurs produits et afficher au plus grand jour ton affiliation avec eux. Ça peut être très lucratif si tu as une grosse audience, les compagnies peuvent payer cher parce que c’est comme de la publicité pour eux.

Royauté (niveau 2)

Des royautés sont perçus lorsqu’un produit est créer avec ton aide. Par exemple, si tu es bon(ne) en dessin, une compagnie pourrait recourir à ton talent pour créer une collection de vêtements, par exemple, avec tes illustrations et te payer sous forme de royauté. Donc tu fais des sous à chaque vente.


Bon bin, ça fait le tour!

Avoir plusieurs sources de revenus, passives ou non, te permet de ne pas avoir tous tes œufs dans le même panier. Je crois que c’est la meilleure façon d’investir ton temps et ton argent parce que si un de tes income streams meurt, toi tu ne meurs pas, parce que l’argent va continuer à rentrer via tes autres sources de revenus.

Être prêt à faire face à des défis est la plus belle chose que tu peux t’offrir. La vie, c’est 10% des choses qui t’arrive et l’autre 90% est la façon dont tu y réagis. Et avoir plusieurs sources de revenus passifs fait partit de la façon d’y réagir et d’être prêt.

J’espère que cet article t’as donné le goût de prendre tes revenus en main et de passer à l’action. Si oui, je serais ravie de savoir ce que tu as choisi comme revenu passif. Tu peux sois l’écrire en commentaire ou m’envoyer un courriel au geretonbacon@gmail.com.



Like et partage avec ta famille et tes amis !

Tu as une question un peu plus personnelle ? Écris-moi au geretonbacon@gmail.com pour conserver ta confidentialité. Et si tu as besoin d’un petit coup de pied au derrière, écris-moi ce en quoi tu t’engages et je ferai des suivis avec toi !


Les 7 raisons qui te donneront envie d’investir maintenant

Contrairement à ce que la majorité des gens pensent, comprendre le fonctionnement de l’investissement n’est pas si compliqué. C’est certain que le jargon financier ajoute une lourdeur à tout ça, mais garde à l’esprit que l’important c’est de comprendre les bases. Si tu ne sais pas pédaler, vas-tu aller faire le Tour de France ? C’est la même chose avec l’investissement. Si tu n’y connais rien, commence par te former avant de prendre des décisions qui pourraient te coûter cher.

Dans cet article, je t’explique les avantages qui t’aideront peut-être à t’y intéresser.

1 – L’inflation nous mange la laine sur le dos à chaque année

C’est pas une surprise, le coût de la vie augmente de jour en jour. En moyenne, l’inflation est de 2% par année, donc ça veut dire que ta cagnotte diminue d’année en année si tu la laisses trainer dans ton compte chèque. Disons que tu as accumulé un montant de 20,000$ et que tu ne fais rien avec ; dans 20 ans, ton 20,000$ ne vaudra pas plus que 14,000$. Bon, ce n’est pas tout le monde qui ont 20,000$ en économie, alors voici ma réponse : chaque sous compte. Je t’explique pourquoi au prochain point. ⬇️

2 – Tu pourrais profiter de la magie des intérêts composés

En déposant 10$ par semaine dans un compte avec un rendement de 7%, tu accumulerais au-dessus de 107,000$ en 40 ans! AVEC 10$ PAR SEMAINE, c’est une bière de moins au bar ça, chum. Et si tu fais le calcul (10$ x 2080 semaines), tu te rendras compte que tu auras réellement déposé que 20,800$. Impressionnant quand même.

Le temps est en à faveur mon ami !

3 – Un jour, tes dividendes pourraient être ton salaire 🤑

Certaines entreprises enregistrées en bourse paient leurs actionnaires en dividendes. Autrement dit, elles partagent une partie de leur gains avec eux. Ça va beaucoup plus loin que ça, mais en gros c’est comme un revenu passif. Évidemment, il faut avoir investi un montant considérable dans ces compagnies, mais avec le temps, si tu réinvestis tous les revenus de rendement, même d’un petit montant, tu accumuleras un investissement qui te permettra de toucher des dividendes considérables.

4 – Tout le monde aime le « Free money »

Du « free money », oui, mais à une condition : tu dois investir ton argent au travers d’un CELI (Compte d’Épargne Libre d’Impôt). Pour ceux qui ne le savent pas, le CELI nous permet de placer notre argent et de ne pas être imposé sur les revenus d’intérêts qu’on fait dessus. C’est quand même un beau cadeau que le gouvernement nous fait là (ils doivent se sentir mal de nous imposer autant 🙄). Alors pourquoi ne pas l’utiliser. Il faut faire attention par exemple parce qu’il y a un montant maximal à chaque année, en 2019 c’est 6000$. Par contre, si tu as retiré un montant de 1000$, l’espace de ce 1000$ sera disponible l’année d’après. Donc, disons que tu as retiré 1000$ en 2018, tu pourras donc y déposer 7000$ en 2019. Tes gains créent aussi de l’espace dans ton CELI. Donc disons que tu avais 16,000$ dans ton CELI en 2018, que tu as fait 4000$ en gains non-imposables et que tu retires tout ton 20,000$. En 2019, tu pourras y déposer 26,000$ et non pas 22,000$, tu me suis?

Contrairement au CELI, les revenus de rendement du REER (Régime Enregistré d’Épargne Retraite) eux seront imposés lorsque tu sortiras les fonds. Je te conseille de parler à un conseiller financier à ce moment-là.

5 – Tu peux investir prudemment même si tu n’y connais rien !

On a la chance d’être dans l’ère où tout est automatisé et simplifié pour nous. Des logiciels comme Wealthsimple et Mylo, que j’utilise moi-même, te permettent d’investir sur l’auto-pilote si tu n’y connais rien ou si tu ne veux pas payer des prix de fou à des firmes d’investissement qui te chargent même si tes placements ne performent pas. Par contre, je t’avertis, c’est normal qu’il y ait des fluctuations, ne panique pas si tes gains sont dans le moins pendant quelque temps. Et surtout, continue de faire des versements, les actions sont en solde😉.

6 – Tu peux assurer un beau futur à ta descendance.

Investir sur le long terme ne te permet pas de faire de l’argent rapidement mais c’est souvent la façon la plus simple et la moins risquée de grossir ton magot. C’est aussi la meilleure façon d’assurer un confort financier à tes enfants, tes neveux, nièces, filleul(e)s, name it. Comme on l’a vue plus haut, ce sont les intérêts composés qui vont faire la magie, que ce soit au sein de ton CELI ou de ton REER. Il faut faire attention par contre, les règles applicables au décès sont différentes pour les deux. Pour garder ça simple, le gouvernement voudra toujours une partie de ta piasse.

Alors, pour le REER, s’il est légué à un enfant mineur, l’enfant aura le montant complet non-imposé et ce ne sera que lors des versements qu’il devra payer de l’impôt. S’il est légué à un enfant majeur, il devra payer de l’impôt à la fin de l’année. C’est important de bien se préparer parce que ça peut lui faire mal. Disons qu’il fait un salaire annuel de 50,000$ et qu’il reçoit 100,000$ du REER de son parent décédé, il devra déclarer 150,000$ de revenu pour cette année fiscale. Il change donc de pallier et aoutch.

Pour le CELI, tu as déjà payé de l’impôt sur tes cotisations, alors l’enfant qui le recevra n’aura pas d’impôt à payer. Le seul temps qu’il aura à payer de l’impôt est si le parent décédé avait dépassé sa limite de cotisation ou si le montant du CELI a continué de croître après le décès. Le CELI ferme automatiquement au décès, le montant ne peut donc plus bénéficier de l’avantage fiscale d’un CELI, c’est pourquoi les rendements après le décès sont imposables.

7 – Ça pourrait te sauver si tu perds ton emploi.

Quelle est la différence entre quelqu’un qui investit et quelqu’un qui n’investit pas? La personne qui investit à moins de chance d’être dans le trouble si elle perd son emploi. Ses investissements auront grandi avec le temps et pourront lui servir de revenu dans un cas comme celui-ci. Il y a plus de risque de ne rien faire que de faire quelque chose intelligemment.

J’aurais tellement aimé m’intéresser à l’investissement avant, mais il n’est jamais trop tard pour commencer. Alors si tu es jeune, profites-en. S’il y a des principes que tu as plus ou moins compris, ou si tu as des commentaires, écris-les en bas ou au geretonbacon@gmail.com!

A+

V.