Un guide qui t’aidera à augmenter tes revenus passifs

Un guide qui t’aidera à augmenter tes revenus passifs

Quand j’ai créé Gère ton bacon, je m’étais donné comme mission de trouver les meilleures façons d’économiser et d’épargner de l’argent.

Mais plus le temps avance, plus je commence à pencher vers la mission de trouver les meilleures sources de revenus, passives ou pas.

Je crois qu’un bon in between c’est parfait, comme quoi être extrémiste n’est jamais gagnant.

Être le pro des économes mais ne jamais augmenter ses revenus, c’est aussi moyen que d’avoir 12 sources de revenus mais ne pas être capable de gérer ses finances personnelles.

It’s called balance.

Bref, la grande majorité des québécois n’ont qu’une source de revenu ; leur salaire.

Pourtant, il y a plusieurs autres sources de revenus comme, par exemple, des revenus locatifs, des revenus d’intérêts (investissement à la bourse), des revenus d’entreprise, des revenus de travailleurs autonomes, etc. 

Je crois juste qu’il n’y a pas assez d’information sur le sujet et que les gens ont peur de se lancer dans l’inconnu. T’es d’accord?

Ça tombe bien parce que Hubert Côté et David Grégoire de Monsieur Ecommerce et d’Omniprésence, deux entreprises qui se spécialisent dans le commerce en ligne, viennent tout juste de lancer leur nouveau projet Liberté 45.

J’ai donc eu une entrevue avec eux pour vous présenter leur nouveau guide hebdomadaire qui mettra, sans aucun doute, l’eau à la bouche de ceux qui sont à la recherche de différentes sources de revenus.


Salut les gars, premièrement félicitations pour votre nouveau projet. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est Liberté 45 ?

Merci pour cette belle introduction. Liberté 45, c’est deux choses :

1. Des stratégies d’épargne, des techniques pour sauver gros sur l’impôt et des trucs fiscaux pour le grand public

2. Une communauté de passionnés qui se demandent constamment « comment augmenter les revenus ? ».

Donc des trucs pour bien gérer ses finances personnelles et des propositions de side hustle, que demander de plus ! Pour être certain que tout le monde comprend, pouvez-vous expliquer ce qu’est un side hustle ?

Haha oui c’est une bonne question. Pour nous, un side hustle est un projet demandant peu de capital d’investissement pouvant générer 10$, 100$ et même 1000$ de plus par mois. 

Chaque semaine, on trouve des milliers de points analytiques de tendance et on résume le tout en une idée de projet à entreprendre pour les membres du guide. 

Nos lecteurs souhaitant augmenter leurs revenus obtiennent toutes les idées et outils nécessaires.

Wow, c’est vraiment cool. Mais, à quel public s’adresse votre guide ?

Pour tous ceux et celles désirant apprendre des choses concrètes sur les finances personnelles (gestion de budget, investissements et side projects). On vise vraiment ceux qui veulent mieux naviguer dans le monde des finances sans que ça soit compliqué. 

Le guide est créé pour qu’une personne sans background dans le domaine puisse en retirer des techniques applicables immédiatement après la lecture

Donc monsieur, madame tout le monde. Et pourquoi avez-vous décidé de lancer le projet ? Y-avait-il de la demande ?

Oui, nous baignons tous les deux dans le domaine de l’entrepreneuriat depuis longtemps (surtout David) et la question de « comment générer plus de cashflow » revenait constamment. On a sondé notre entourage, parlé à des experts et compris qu’il y avait vraiment un manque de contenu pour les gens qui n’étaient pas expert dans le domaine et qui souhaitaient simplement apprendre à économiser et générer plus de revenus. 

Alors on l’a fait.

J’ai eu la chance de lire l’édition Early Access de votre projet et une étude de marché comme ça, ça peut valoir chère de nos jours. Combien ça vaut habituellement et à combien l’offrez-vous pour vos lecteurs ?

Ça peut valoir plusieurs centaines de dollars, mais notre but est vraiment de démocratiser la compréhension du monde financier au grand public. Nous avons donc décidé d’en faire un guide hebdomadaire moins dispendieux qu’un café.

Vraiment nice ! Je crois que beaucoup de gens bénéficieront de votre expertise et je vous souhaite beaucoup de succès dans ce nouveau projet les gars !

Merci !


Un guide hebdomadaire avec des infos qui valent 200$-300$-400$, même pas pour le prix d’un café ? Whut ?

Même moi j’en reviens pas.

Et comme j’ai mentionné dans l’entrevue, j’ai lu leur première version et tout y est.

Ce qui m’impressionne le plus c’est les efforts qu’ils mettent à trouver toutes les données nécessaires pour faire une bonne étude de marché sur un side hustle.

Tu trouveras jamais ça ailleurs pour 2.08$.

Ah pis, fins comme ils sont, ils ont décidé de vous offrir le premier mois pour seulement 1$.

UNE PIASSE pour des idées qui pourraient te rapporter 1000$ par mois…

Si tu passes à côté de ça là…j’vais avoir de la misère à m’en remettre.

Alors pour profiter de cette opportunité clique ici 👇

Ok, je suis all in !

Vous m’en donnerez des nouvelles.

A+

Vé 

Gère ton bacon est affilier avec Liberté 45 et pourrait recevoir une rémunération. L’article n’a toutefois pas été imposé et est basé sur mon opinion réel du produit.

Employés et entrepreneurs: des solutions pour éviter l’apocalypse

Employés et entrepreneurs: des solutions pour éviter l’apocalypse

Mon chum m’a dit hier en paniquant: trouve une solution pour la business.

J’ai pensé: « Ah oui merci, c’est une bonne idée d’article »!

Tu es entrepreneur ou employés et la situation actuelle te touches directement?

Tu es désespérément à la recherche de solutions pour t’en sortir financièrement et éviter la faillite?

Cet article est pour toi.


La plupart des entrepreneurs et employés partout dans le monde sont en grande période de stress (sauf ceux dans le domaine sanitaire). Personne ne peut s’empêcher de se demander quelles conséquences la crise actuelle aura sur leurs affaires. Comme je disais dans mon dernier article, tout est inter-relié, alors les conséquences négatives se font voir à plusieurs niveaux.

Bien que ce soit impossible de prédire le futur, il y a certainement des moyens pour diminuer les conséquences négatives et absorber les pertes.

Donc, avant de paniquer et de prendre des mesures précipitées, assures-toi d’avoir toutes les informations disponibles pour prendre des décisions éclairées.

Voici quelques solutions disponibles aux entreprises:

  1. Le gouvernement Trudeau a libéré plus de 10 millions de dollar pour venir en aide aux entreprises canadiennes avec le programme de crédit aux entreprises à travers la Banque de développement du Canada et d’Exportation et développement Canada.
  2. Faire un plan de communication de crise.
  3. Utilise ta créativité: si tu es un restaurateur ou un commerce, mise sur la livraison à domicile et met tes mains à la pate. Si tu es propriétaire d’un studio de yoga par exemple, vends des sessions en ligne.
  4. Réduire les coûts d’opération au maximum en limitant les dépenses à celles qui sont absolument nécessaires. Je ne serais pas étonnée de voir les banques annoncer un congé de paiement d’hypothèque. Si c’est le cas, c’est le bon moment de prendre une entente avec ton propriétaire.
  5. Prendre une entente de paiement des taxes et impôts avec l’ARC.
  6. Maintenir une bonne communication avec ses employés. Tes employés sont ta business. Sans eux, tu n’es rien. Donc, prends en bien soin et ne soit pas hostiles avec eux face à cette situation, c’est une situation qui est autant difficile pour toi que pour eux. Les solutions aux employés sont énumérés plus bas.

À lire aussi: Comment générer des revenus continus même en dormant?

Pour les employés:

  1. La période d’attente de 7 jours sans paye avant d’être admissible à l’assurance-emploi a été retirée.
  2. Pour l’instant, la date limite pour la déclaration d’impôt de 2019 est encore le 30 avril 2020, mais c’est à surveiller de près. En attendant, on peut demander un allègement des pénalités et intérêts sur l’impôt.
  3. Si, dans le cadre de ton emploi, tu utilisais déjà le programme de travail partagé, le gouvernement à prolonger les durées maximales.
  4. Si tu n’as pas accès à aucun revenus, le décaissement d’une partie de tes REER (en prévoyant l’impôt à payer) peut être une solution envisageable. Après tout, c’est à ça qu’ils servent.
  5. Si ce n’est pas déjà fait, limite tes dépenses au minimum. C’est le temps là de magasiner les rabais.
  6. Sans me mettre personne à dos, je crois que ta priorité n’est plus sur tes dettes, mais bien sur tes épargnes. Je ne dis pas de ne plus payer tes soldes de cartes de crédit, mais peut-être diriger une partie de tes paiements dans tes épargnes. Tu as le droit d’être « selfish » dans des moments comme celui-ci et penser à tes poches avant celles des banques. Anyway, c’est temporaire, tu reprendras ton budget normal dans quelques semaines.

À lire aussi: Les 8 habitudes à prendre pour économiser plus de 6000$ en 2020

Les gouvernements continueront d’annoncés leurs programmes d’aide au courant des prochains jours. Je vais les surveiller de près et mettre cet article à jour au fur et à mesure.

C’est tellement important d’avoir des revenus passifs et un plan b, sauf que quand on est en état de crise, je comprend que ce n’est pas le meilleur moment pour les développer. Je sais aussi que c’est vraiment difficile de voir le positif dans une telle situation de crise, mais mon fort côté rationnel ne peut s’empêcher de te dire de ne pas oublier que c’est temporaire et que les choses reprendront leurs cours normal peu à peu. Prend le temps qui t’es donné pour passé du temps en famille, pour faire ton ménage de printemps et vendre des trucs, pour commencer ou terminer un projet qui brette, etc. C’est peut-être un signe qu’on doit ralentir, alors ralentissons.

Voici un autre article intéressant à ce sujet: https://www.cfib-fcei.ca/fr/ressources/covid-19-coronavirus-entreprises

Ne deviens pas entrepreneur qui veut…

Ne deviens pas entrepreneur qui veut…

J’ai souvent entendu cet adage qui explique que ce n’est pas tout le monde qui réussi à faire germer une entreprise d’une simple idée. Peut-être as-tu une idée en tête mais tu trouves ça trop farfelue pour la mener à terme?

Et si jamais ton idée pouvait changer ta vie?

Que ce soit dans ta vie personnelle, au travail ou dans tes 5 à 7 (ou 5 à très tard), il faut que tu sois bien entouré et c’est encore plus que vrai lorsque tu parles que tu aimerais te lancer en affaire, que ce soit tout petit ou planétaire, fais en sorte que tu aies de bonnes personnes autour de toi pour parler de ton idée.

Les contacts sont importants.

Si jamais, tu te dis que personne dans ton entourage n’est la bonne personne pour t’aider dans ton projet, tu peux toujours regarder pour participer à un Startup Weekend. Tu rencontreras pleins de monde et tu tisseras des liens qui perdureront dans la vie.

Startup weekend? C’est quoi ça?

C’est un organisme à but non lucratif dont le siège social est situé à Seattle dans l’état de Washington. C’est un évènement planétaire où tu dois aller! Pour participer à un Startup Weekend, tu dois aller sur le site www.Startupweekend.org et trouver un évènement près de chez toi. Tu dois ensuite t’acheter un billet pour y aller mais tu devras faire un choix. Quelle expertise possèdes-tu? Marketing, Finance, programmeur, Ressource Humaine, Scientifique (une expertise dans un domaine en particulier non-mentionné tel qu’être un avocat)?

Ne panique pas, c’est juste 54 heures!

L’objectif de l’évènement en soit est de permettre de réseauter. Tu rencontreras des étudiants, des hommes et des femmes qui ont le goût de l’aventure. Le vendredi soir, tu auras un gros meeting avec tous les participants et ceux qui ont une idée d’entreprise « pitch »  leur idée pendant une minute (je te reviendrai plus tard à savoir c’est quoi un bon pitch). Les organisateurs de l’évènement proposeront également quelques idées afin que tu puisses trouver une idée qui te plait.

Passons au vote.

Tu auras ensuite l’occasion de voter pour ton idée ou pour l’idée de quelqu’un d’autre. C’est un système où tu possèderas trois votes afin de t’identifier à des idées qui vont t’intéresser pour vrai. Lors du dépouillement des votes, les organisateurs permettront aux participants de travailler sur les idées qui ont eu le plus de votes.

Es-tu bien entouré?

Une bonne équipe, qui sera performante, doit être entre 5-6 et surtout avec des domaines connexes. Si tu es programmeurs et que tu te retrouves avec cinq autres programmeurs, il se peut que tu aies beaucoup de plaisir mais peut-être que tu auras de la difficulté à monter un plan d’affaire et effectuer une analyse FFOM. Il faudra que tu essaies de trouver des talents complémentaires aux tiens pour être efficace dans ce sprint de cinquante-quatre heures.

Coach pas coach, j’y vais!

Durant la journée de samedi, tu vas rencontrer des coachs qui t’aideront ou te déstabiliseront. Ils ont des connaissances et des expériences de vie complémentaire donc ils vont soulever des points qui te forceront à te repositionner. Certains sont employeurs dans le domaine numérique, certains sont employés dans une grande banque, d’autres peuvent être la personne ressource lorsque tu veux faire du financement participatif. Par exemple, une avocate vous fera peut-être réaliser que votre idée d’application web pour vendre de l’alcool au Québec est illégale puisque la loi l’interdit. Il te faudra alors changer d’idée, la remodeler ou trouver une faille.

Prêt? Go!

La journée du dimanche est la dernière. Elle viendra vite car si tu fais comme moi, tu coucheras sur place et tu effectueras un sprint de fou afin de concrétiser ton idée. Il te faudra fignoler la présentation de ton pitch de vente suite aux ateliers que les organisateurs te donneront car tout de suite après le souper, chaque équipe ira « pitcher » son idée devant des juges qui pourraient être des investisseurs ou des commanditaires.

L’art d’un bon pitch.

As-tu déjà pris l’ascenseur? Entre le rez-de-chaussée et le quatrième étage, tu as environ trente secondes. Imagine que tu croises une vieille connaissance et qu’il te demande la fameuse question : Quoi de neuf? Il te faudra alors expliquer ton entreprise, ton projet ou même ta vie en environ trente secondes. Il te faudra être concis, sans trop de fioritures, afin d’être clair et précis. Si tu as de la chance et que tu es capable de titiller l’oreille de ton interlocuteur, il retiendra peut-être même la porte de l’ascenseur afin de te donner son numéro de téléphone ou même sa carte d’affaire afin de pouvoir continuer la discussion plus tard. C’est là que tu sauras que tu es un bon « pitcher ».

Quelques chiffres sur les Startup weekend :

  • Plus de 23 000 équipes formées
  • Plus de 193 000 personnes ayant participées
  • Présent dans 150 pays
  • Plus de 2900 évènements réalisées

Voici les Startup Weekend qui ont déjà inscrit leur date.

28 février au 1 mars 2020 à Trois-Rivières www.facebook.com/swtroisrivieres/

28 février au 1 mars 2020 à Laval www.facebook.com/SWLaval (déplacé au 25-27 septembre 2020)

6 au 8 mars 2020 à Sorel-Tracy www.facebook.com/swsoreltracy/

1er au 3 mai 2020 à Québec www.facebook.com/swquebec/

Ne perd plus une minute et fonce. Tu tripperas toute la fin de semaine!

David Gendron

Étudiant au Baccalauréat en administration des affaires profil finance, sa plus grande crainte serait d’arriver à sa retraite et se dire qu’il aurait dont dû faire X, Y et Z, c’est pourquoi il se lance dans l’entrepreneuriat en 2020. Il souhaite informer les gens sur la finance, l’immobilier et l’entrepreneuriat avec un brin d’humour et de légèreté. Il saura te guider tel un chum assis devant toi en buvant un café.

Pourquoi te plaindre t’empêches d’atteindre tes buts

Pourquoi te plaindre t’empêches d’atteindre tes buts

Combien de fois par jour est-ce que tu te plains à propos de quelque chose?

Que ce soit à propos de la neige, de ton boss ou de tes dettes?

Souvent, eh?

Peut-être que tu t’en rend pas compte, mais se plaindre, c’est rendu un peu comme un automatisme pour tout le monde, moi inclus.

« Argh, y’a encore neigé »

« Bon, il veut encore que je lui sorte des données dernière minute avant un meeting »

« Maudites dettes, elle baisse jamais cette carte de crédit là »

Can you relate?

Bien sûr, il y a des choses sur lesquelles on a aucun contrôle, mais d’autre oui.

Tu as le contrôle sur ton boss et sur tes dettes! J’irais même jusqu’à dire que tu as le contrôle sur la neige! Ou peut-être plutôt sur l’endroit où tu te trouves (genre, dans l’sud…où y’a pas de neige).

Où je veux en venir avec ça est que, la position dans laquelle tu te trouves n’est pas la faute de qui ou quoi que ce soit.

Est-ce que c’est de la faute de tes parents si tu ne sais pas gérer ton argent? Non, c’est toi qui ne l’apprend pas.

Est-ce que c’est la faute de ton chum ou ta blonde si tu n’as pas confiance en lui ou elle? Non, c’est toi qui reste avec.

Est-ce que c’est la faute du gouvernement si ta licence professionnelle te coute cher? Non, c’est toi qui continue à la payer.

Est-ce que c’est la faute des banques si tu es endetté? Non, c’est toi qui n’a jamais appris à bien utiliser le crédit.

Est-ce que c’est la faute de ton boss si tu fais pas assez d’argent? Non, c’est toi qui reste dans ce poste.

C’est toi. C’est de ta faute. C’est de ta faute si tu es dans cette situation-là. C’est de ta faute si tu RESTES dans cette situation et si tu laisses la vie te mener par le bout du nez.

Ne pas être maître de sa réalité, c’est triste.

Ne pas être capable de faire les changements nécessaires pour être maître de sa réalité l’est encore plus.

Se plaindre et blâmer les autres ne nous mènera nul part. Il faut prendre ses responsabilités et assume sa réalité. Si tu n’es pas heureux, change quelque chose. Et si t’as « la chienne », c’est probablement signe que c’est la bonne chose à faire. One step at a time.

Donc, si t’as envie de changer ton mode de vie, d’enlever tes golden handcuffs et de vivre tes rêves, continue à lire.

Est-ce que c’est pour tout le monde?

Non. Si tu es bien dans ta routine et que tu n’as aucune volonté à changer tes habitudes et à faire les efforts nécessaires, fait X, cet article n’est pas pour toi.


Que veut dire « golden handcuffs »?

C’est une expression que j’ai commencé à utiliser quand je travaillais au gouvernement et dont j’ignorais l’ampleur. C’est après l’avoir entendu à quelques reprises que je me suis dit que c’était vraiment vrai. Les golden handcuffs signifient être prit dans quelque chose mais avoir de belles conditions. Comme être en prison mais avec un lit king vraiment confo et des repas copieux trois fois par jour.

En travaillant pour quelqu’un d’autre ou pour une entité gouvernementale, on contribue à atteindre leurs rêves, leurs objectifs. Oui, on a bien souvent de belles conditions, un fond de pension, des assurances, trois semaines de vacances par année. Oui, il est possible d’avoir une belle carrière, mais ton ambition sera toujours ralenti par quelque chose. Que ce soit par la haute gestion, par le manque d’opportunités, le manque de qualification, etc.

Quand tu travailles pour toi-même, ce sont tes buts, tes rêves, tes objectifs sur lesquels tu travailles. Ne pas avoir ton CCC (les fonctionnaires comprendront) ne t’empêchera pas d’avancer, ne pas avoir de baccalauréat non plus. Tu vois le genre? Et les belles conditions? Tu pourras toi-même te les offrir, et encore plus.


Qu’est-ce que la « rat race »?

La rat race désigne une course sans fin à l’argent. Comme un rat dans un laboratoire qui court dans sa roue pour attraper le bout de fromage qui lui pend au nez. C’est toujours devoir se fier à son emploi pour avoir des revenus. Sans emploi et sans assurance, on se retrouve sans le sous et c’est bien souvent à ce moment que les personnes s’endettent de façon importante.


Comment se sortir de la « rat race »?

Pour se sortir de la rat race et atteindre la liberté financière, il faut être capable de générer assez de revenus pour couvrir nos dépenses. Ainsi, il sera possible de quitter son emploi et vivre à temps plein sur ses autres revenus.

Pour ce faire, il faut soit avoir beauuuuucoup de bidous à investir pour générer assez d’intérêts et de dividendes pour couvrir ses dépenses. Soit investir dans l’immobilier, qui est, soit dit en passant, un très bon levier vers l’indépendance financière mais qui vient avec son lot de défis. Soit avoir un ou plusieurs « side hustle ».


Qu’est-ce qu’un « side hustle »?

Un side hustle est un projet secondaire qui te permettra de générer des revenus supplémentaire en plus de ta source de revenu principale. Ça peut être autant un blogue qu’un commerce en ligne qu’un Instagram à la Pinterest. De nos jours, on a l’embarras du choix. Le but est qu’un jour, les revenus de ton side hustle dépassent ceux de ton emploi, te permettant de quitter ce dernier.

Fais des recherches sur les side hustle, tu trouveras plein d’idées! Et ce livre est amazing pour démarrer un : Side Hustle.


J’ai eu cette idée d’article quand je surfais sur Facebook et que je suis tombée sur deux publications remplies de commentaires plaignants. Une où tout le monde se plaignait sur la licence RBQ et le Québec en général, et l’autre où ils blâmaient le gouvernement pour un accident mortel à cause la route. Je ne partirai pas de débat sur ces sujets, mais je me demande pourquoi les gens blâment toujours les autres face à la réalité.

Tu as probablement envie de me dire que c’est plus facile à dire qu’à faire…c’est normal. Mais dis-toi que j’en ai fait des changements dans ma vie pour en arriver où je suis. J’ai été inconfortable, j’ai voulu abandonner plusieurs fois. Et ça va encore m’arriver c’est certain, c’est normal. Ça fait partie du processus. Et la peur aussi. Mais de rester dans un statu quo que tu n’aimes pas c’est pire.

Il y a environ 7-8 mois j’ai quitté mon emploi au gouvernement fédéral pour aller travailler avec mon chum dans sa business. J’étais permanente avec un bon salaire et des bonnes conditions. Tu peux deviner que ça n’a pas fait l’unanimité dans mon entourage. Mais ça ne m’a pas empêcher de passer à l’action. Mon idée était faite.

Je savais qu’en faisant ce move-là, j’allais aider mon chum à bâtir son entreprise et qu’il allait me pousser à travailler sur mes 1001 projets. Depuis ce temps, on travaille fort ensemble pour assurer le plus beau des avenirs à notre petit coco qui s’en vient.

Est-ce que tu aimerais un jour quitter la rat race?

Gère ton bacon a 1 an !!!

Wow!

On dirait que c’était hier que j’appuyais sur « enter » pour lancer mon blogue sur Facebook et que je fermais mon ordinateur et mon cellulaire pendant 1h parce que j’étais trop stressée.

En fait, j’avais la chienne.

Mais, la chienne pour quoi?

Le jugement des autres, j’imagine.

Finalement, les réactions ont toutes été très positives. D’autant plus que c’était une grosse surprise pour tout le monde parce que je crois qu’il y avait 2-3 personnes qui le savaient mais sans plus. Je suis une grande cafetière, comme mon grand-père dirait (cachotière, lol) :).

Et les commentaires négatifs? Il y a eu certainement dans mon dos, mais pas dans ma face. Anyways, c’est pas pour eux que je le faisais.

Bref, pour tous ceux qui aimeraient se partir un blog ou qui sont simplement curieux d’en connaître plus sur mon propre chemin, cet article est pour vous.


Comment ça à commencer?

C’était dans le temps des fêtes l’année passée.

J’étais en congé de maladie après une opération au genou qui était plus que due.

C’était bin l’fun au début de « binge watcher » Netflix avec mes p’tites pilules qui m’aidaient beaucoup à relaxer. Mais, Noël a passé, le jour de l’an a passé, tout le monde était bien occupé et surtout brûlé. Sauf que moi, ça faisait 1 mois que je ne faisais rien … 🙂

Et pour vous donner une petite idée de ma personnalité, j’ai toujours 1001 projets. Je ne pourrais jamais travailler dans un bureau de 9 à 5 à faire la même job pendant 30 ans. Ça me donne des frissons dans l’dos juste à y penser. J’ai des idées de grandeur pour T-O-U-T-E. Je me tanne vite. Et j’ai besoin de défis. Et je suis le genre de fille qui performe sous pression.

Donc, comment vous pensez que le hamster dans ma tête allait? Je ne pouvais pas recommencer à travailler parce que j’avais des rendez-vous de physio aux 2 jours, je ne pouvais pas encore conduire et prendre l’autobus n’était pas une option considérant que je marchais comme un canard à la patte cassée et que c’était l’hiver. Mon p’tit hamster avait pu de coussins en dessous des pattes, pis la fumé lui sortait par les oreilles, le pauvre.

Alors, voilà qu’est né Gère ton bacon!

2019 a été une année d’exploration. D’exploration à savoir si je ne voulais en faire qu’un hobby ou de pousser la note un peu plus loin. Et bien avec le temps, je crois que j’en suis venu à la conclusion que j’aimerais bien que ce soit plus qu’un hobby. J’ai tellement aimé vous parler, vous écouter, vous aider à enligner vos finances personnelles, etc. C’est une tellement grande satisfaction quand quelqu’un m’écrit pour me dire que ses finances s’améliorent, ou qu’il me remercie pour un article. Je ne m’attendais pas à avoir ce genre de sentiment.


En résumé, 2019 c’est :

  • 16,643 mots
  • 18 articles
  • 11,189 vues
  • 4,694 visiteurs
  • 560 abonnés Facebook
  • Des sous investis
  • Et pas de revenu (mais je trouve quand même que ça vaut la peine d’aider et inspirer des gens à prendre leur bacon en main)

À quoi s’attendre pour 2020?

J’ai bien l’impression que 2020 va être une grosse année. Déjà que le mois de janvier fut mon plus gros mois à date. Et je reçois de plus en plus de questions, demandes d’aide, etc. Qui sait où ça pourrait me mener ce petit projet.

Donc, pour ce qui est des nouveautés j’ai déjà ajouter la section développement personnel où j’aimerais parler de minimalisme, frugalisme, productivité, etc.

J’aimerais aussi ajouter une section « lifestyle » et la remplir d’activités pas chère, de trucs pour économiser, de deals, etc.

Je veux remplir la section ressources pour vous donner le plus d’outils possible.

J’accueil à l’instant de nouveaux collaborateurs et collaboratrices sur le blogue pour vous donner un peu de diversité et de nouvelles opinons!

ET il y aurait peut-être même un petit Ebook et des services à l’horizon.


Le sentiment de l’imposteur

Malgré que les choses vont bien, il y a quand même un sentiment qui est resté.

J’avais et j’ai encore le syndrome de l’imposteur. Tsé ce sentiment où t’as l’impression de voler la job à quelqu’un qui le mérite. Pas que je le mérite pas, je travaille fort et je cherche toujours à m’améliorer. Mais je ne suis pas conseillère financière, ni banquier, ni fiscaliste, ni ni ni.

Alors je suis qui moi pour avoir un blogue de finances personnelles?

Et bien, je suis une simple jeune fille qui a fait des erreurs de jeunesse et qui, en voulant s’améliorer, a complètement changer sa mentalité face à l’argent.

Je me suis récemment rendu compte qu’il y a quelques années, mon « thinking » envers l’argent avait complètement « shifter » de niveau.

Je ne le voyais plus comme « l’argent c’est du plaisir », mais bien comme « l’argent peut faire encore plus d’argent ».

Contrairement à ce que les gurus disent, oui ça prend de l’argent pour faire beaucoup d’argent. La nuance ici est que pour commencer à faire de l’argent, tu n’as pas nécessairement besoin d’argent.

Avoir une mentalité plus détachée de l’argent m’a mener où j’en suis aujourd’hui. Avoir peur de manquer d’argent n’est pas un sentiment le fun. Être « pogné » au cou à chaque fin de mois parce que tu vis au-dessus de tes moyens n’est pas un sentiment le fun non plus.

C’est une grosse remise en question qu’il faut faire, réévaluer ses besoins et prendre avantage d’une situation pour tourner la cadence en ta faveur.

J’ai parti ce blogue au départ pour me faire un genre d’aide-mémoire. Pour pouvoir me relire et me souvenir de tout ce que j’apprends à chaque jour. Je ne suis pas rémunérée, je fais ça pour le plaisir de vous informer et de peut-être, vous amener à vous intéresser aux finances personnelles et tout ce qui l’entoure. J’ai quelque petits liens d’affiliation, mais même avec ça, ça ne couvre pas les frais entourant mon blogue.

C’est sûr qu’éventuellement, puisque la demande semble grandissante et que ça prend de plus en plus de mon temps, ça se pourrait que j’ajoute des services ou des formations. Est-ce que ça serait quelque chose qui vous intéresserait?

Je me rend compte que j’adore suivre votre évolution. J’aime vous voir appliquer mes trucs et développer vos propres astuces. J’aime répondre à vos questions et vos commentaires, qu’ils soient constructifs ou pas. J’adore apprendre avec vous, discuter, argumenter, rechercher et découvrir de nouvelle chose.


Alors, plus que jamais, je vous demande de me donner votre « input ». Qu’est-ce que vous voulez voir en 2020?

Parce qu’en fait, Gère ton bacon, c’est vous. C’est votre plateforme, vos outils, vos réussites.

Moi, je suis juste le chef d’orquestre.

Alors, du fond du cœur, merci! Merci pour votre soutien, pour vos commentaires, pour vos emails, pour vos partages, vos likes, mais surtout, merci de me lire.

Vous défaites peu à peu le sentiment d’imposteur que j’ai depuis le début.

Sur ce, va gérer ton bacon. Mais avant, commente ce que TU veux voir ici en 2020!