La règle à suivre pour en faire plus…en en faisant moins.

La règle à suivre pour en faire plus…en en faisant moins.

As-tu déjà entendu parler du principe 80/20?

Ou peut-être de le principe de Pareto?

Non?

Eh bien, pour faire une histoire courte, c’est un principe qui soutient que 20% des actions causent 80% des conséquences;

que 20% des causes provoquent 80% des effets;

que 20% de tes efforts à réduire tes dépenses donnent 80% des résultats;

que 20% de tes clients génèrent 80% de ton chiffre d’affaire;

que 20% des tâches sur ta « To Do List »  contribuent activement accomplir 80% de tes objectifs;

que 20% de _______ entraine 80% de ________.

Yup, ce principe est infini et peut s’appliquer partout.

Mais il s’applique aussi à l’inverse; 80% des actions causent 20% des conséquences.

Alors comment définir le 20% des actions qui causeront 80% des conséquences?

Comment travailler 80% moins et quand même obtenir 80% des résultats?

Quelles sont ces tâches?

C’est simple, ce sont les tâches que tu évites de faire. Tsé, celles que tu remets toujours à demain. Celles qui t’angoisses toujours un peu de faire.

Celles que tu mets en dernier sur ta liste de priorité. Bien souvent, ce sont ces tâches-là qui vont t’amener ton 80%.

Un peu d’histoire

La loi de Pareto (ou la règle du 80/20) est née lorsque Vilfredo Pareto s’est rendu compte qu’en Italie, 80% de la richesse était détenue par 20% de la population italienne.

Peu importe dans quelle situation ou dans quel domaine tu te trouves, tu peux appliquer ce principe.

Admettons qu’on veut l’appliquer à nos finances personnelles.

Quelles actions devrions-nous focuser notre attention afin de remettre nos finances sur le droit chemin?

Sur les petites dépenses qu’on pourrait éviter, comme ton café au Starbuck 5 fois/semaine?

Ou sur les grosses dépenses que tu pourrais réduire? Genre, ton appart downtown à 1500$ par mois.

La réponse est évidente, qu’est-ce que t’en penses?

C’est vrai que de couper dans les petites dépenses inutiles ne feront pas de tord, mais pourquoi ne pas essayer de couper dans l’gros jambon?

Ton hypothèque/loyer, ton transport, tes dettes, etc.

Te trouver un coloc, par exemple, va te demander peu d’efforts et va te libérer pas mal plus de cennes que d’arrêter d’acheter ton p’tit café chaque jour.

Tu devrais toujours penser aux conséquences avant de prendre une décision financière.

Est-ce que ça va affecter le 80% de mes finances personnelles? Si oui, repense s’y.

Si tu te sens overwhelmed par tout ce que tu as en tête, identifie les tâches qui te rapporteront 80% des résultats et concentre toi sur celles-ci.

Et minimise l’autre 80% des tâches qui contribuent seulement à 20% de ta productivité.

Petit exercice:

  1. Fais une liste de toutes les actions que tu prends chaque jour/semaine/mois, peu importe le domaine. Par exemple, les dépenses que tu fais chaque mois, comme ton loyer, épicerie, automobile, magasinage, etc. Ça peut aussi être ta liste de client, ou les tâches que tu effectues chaque jour dans ton entreprise)
  2. Identifie 20% de ces actions ou dépenses qui ont le plus d’impact. Par exemple, ton loyer, ton auto et l’épicerie. 20% de tes clients qui achètent le plus ou 20% des tâches qui t’apporte de vrais résultats tangibles comme des ventes ou le développement de ton entreprise.
  3. Maintenant que tu sais quelles dépenses, actions ou clients qui ont le plus d’impact dans ta vie, tu peux te concentrer sur ceux-ci. Par exemple, déménage dans un plus petit appartement pour réduire ton loyer, reconsidère ton besoin d’avoir une auto, fais du meal prep, etc. Apporte ce 20% de tes clients manger, entretien une bonne relation avec eux, assure-toi qu’ils sachent qu’ils sont important pour toi. Délègue les tâches qui ne t’apportent rien de tangible, que tu es trop valuable pour faire.

Nous sommes des creatures of habits, c’est donc pourquoi il est tellement important de prendre contrôle sur nos habitudes et nos actions quotidiennes.

Voici trois livres qui pourraient t’aider à reprendre le cap:

Atomic Habits de James Clear

The Power of Habits de Charles Duhigg

4-hour workweek de Timothy Ferris

On lâche pas la gang,

Tournons le confinement #3 en quelque chose de productif.

Employés et entrepreneurs: des solutions pour éviter l’apocalypse

Employés et entrepreneurs: des solutions pour éviter l’apocalypse

Mon chum m’a dit hier en paniquant: trouve une solution pour la business.

J’ai pensé: « Ah oui merci, c’est une bonne idée d’article »!

Tu es entrepreneur ou employés et la situation actuelle te touches directement?

Tu es désespérément à la recherche de solutions pour t’en sortir financièrement et éviter la faillite?

Cet article est pour toi.


La plupart des entrepreneurs et employés partout dans le monde sont en grande période de stress (sauf ceux dans le domaine sanitaire). Personne ne peut s’empêcher de se demander quelles conséquences la crise actuelle aura sur leurs affaires. Comme je disais dans mon dernier article, tout est inter-relié, alors les conséquences négatives se font voir à plusieurs niveaux.

Bien que ce soit impossible de prédire le futur, il y a certainement des moyens pour diminuer les conséquences négatives et absorber les pertes.

Donc, avant de paniquer et de prendre des mesures précipitées, assures-toi d’avoir toutes les informations disponibles pour prendre des décisions éclairées.

Voici quelques solutions disponibles aux entreprises:

  1. Le gouvernement Trudeau a libéré plus de 10 millions de dollar pour venir en aide aux entreprises canadiennes avec le programme de crédit aux entreprises à travers la Banque de développement du Canada et d’Exportation et développement Canada.
  2. Faire un plan de communication de crise.
  3. Utilise ta créativité: si tu es un restaurateur ou un commerce, mise sur la livraison à domicile et met tes mains à la pate. Si tu es propriétaire d’un studio de yoga par exemple, vends des sessions en ligne.
  4. Réduire les coûts d’opération au maximum en limitant les dépenses à celles qui sont absolument nécessaires. Je ne serais pas étonnée de voir les banques annoncer un congé de paiement d’hypothèque. Si c’est le cas, c’est le bon moment de prendre une entente avec ton propriétaire.
  5. Prendre une entente de paiement des taxes et impôts avec l’ARC.
  6. Maintenir une bonne communication avec ses employés. Tes employés sont ta business. Sans eux, tu n’es rien. Donc, prends en bien soin et ne soit pas hostiles avec eux face à cette situation, c’est une situation qui est autant difficile pour toi que pour eux. Les solutions aux employés sont énumérés plus bas.

À lire aussi: Comment générer des revenus continus même en dormant?

Pour les employés:

  1. La période d’attente de 7 jours sans paye avant d’être admissible à l’assurance-emploi a été retirée.
  2. Pour l’instant, la date limite pour la déclaration d’impôt de 2019 est encore le 30 avril 2020, mais c’est à surveiller de près. En attendant, on peut demander un allègement des pénalités et intérêts sur l’impôt.
  3. Si, dans le cadre de ton emploi, tu utilisais déjà le programme de travail partagé, le gouvernement à prolonger les durées maximales.
  4. Si tu n’as pas accès à aucun revenus, le décaissement d’une partie de tes REER (en prévoyant l’impôt à payer) peut être une solution envisageable. Après tout, c’est à ça qu’ils servent.
  5. Si ce n’est pas déjà fait, limite tes dépenses au minimum. C’est le temps là de magasiner les rabais.
  6. Sans me mettre personne à dos, je crois que ta priorité n’est plus sur tes dettes, mais bien sur tes épargnes. Je ne dis pas de ne plus payer tes soldes de cartes de crédit, mais peut-être diriger une partie de tes paiements dans tes épargnes. Tu as le droit d’être « selfish » dans des moments comme celui-ci et penser à tes poches avant celles des banques. Anyway, c’est temporaire, tu reprendras ton budget normal dans quelques semaines.

À lire aussi: Les 8 habitudes à prendre pour économiser plus de 6000$ en 2020

Les gouvernements continueront d’annoncés leurs programmes d’aide au courant des prochains jours. Je vais les surveiller de près et mettre cet article à jour au fur et à mesure.

C’est tellement important d’avoir des revenus passifs et un plan b, sauf que quand on est en état de crise, je comprend que ce n’est pas le meilleur moment pour les développer. Je sais aussi que c’est vraiment difficile de voir le positif dans une telle situation de crise, mais mon fort côté rationnel ne peut s’empêcher de te dire de ne pas oublier que c’est temporaire et que les choses reprendront leurs cours normal peu à peu. Prend le temps qui t’es donné pour passé du temps en famille, pour faire ton ménage de printemps et vendre des trucs, pour commencer ou terminer un projet qui brette, etc. C’est peut-être un signe qu’on doit ralentir, alors ralentissons.

Voici un autre article intéressant à ce sujet: https://www.cfib-fcei.ca/fr/ressources/covid-19-coronavirus-entreprises

Êtes-vous prêt à vous lancer à votre compte?

Est-ce que vous chérissez le rêve de devenir votre propre patron depuis un bon moment? Est-ce que vous aimeriez devenir travailleur autonome ou pigiste, mais ne savez pas par où commencer? Qu’est-ce qui vous empêche de faire le grand saut? Quand est-ce que cela sera enfin le bon moment? Voici 4 questions que vous devriez vous poser afin de voir si vous êtes prêt à vous lancer à votre compte.

Avez-vous fait votre étude de marché?

Savez-vous ce qu’est une étude de marché? Il s’agit souvent de la première étape pour tester vos produits et vos services avant de vous lancer. Cela consiste à faire un travail de recherche où vous devez prendre le temps de vous renseigner sur les clients que vous aimeriez avoir, vos compétiteurs, vos fournisseurs et vos distributeurs. Désirez-vous viser un marché précis? Voulez-vous que vos clients soient des entreprises ou des particuliers? Est-ce qu’il y a déjà beaucoup de concurrents dans votre région? À quels besoins répondez-vous et comment allez-vous vous faire connaître? Les études de marché peuvent certainement vérifier si votre entreprise est viable et peut être demandée par des investisseurs pour voir le sérieux de votre affaire.

Avez-vous vos premiers clients?

Plusieurs des pigistes à qui nous avons parlé nous ont mentionné qu’il était mieux d’avoir quelques clients avant de faire le grand saut. En effet, même si cela implique que vous allez devoir travailler certains soirs et weekends, cela permet une transition plus facile et moins de stress. Mais comment faire pour trouver vos premiers clients? Tout d’abord, en avez-vous parlé à votre entourage? Le bouche-à-oreille reste l’un des meilleurs moyens pour que vous puissiez trouver des contrats. Ne sous-estimez pas la visibilité que vos amis et votre famille peut vous donner. Sinon, prenez le temps de créer un site web et vos pages de médias sociaux en incluant des exemples de ce que vous pouvez faire. Pourquoi ne pas aussi faire un peu de réseautage et rencontrer directement vos clients potentiels? N’oubliez pas de leur donner votre carte d’affaire et de prendre leurs coordonnées.

Avez-vous un peu d’argent de côté?

Il est probable que vous allez vivre avec l’insécurité financière en devenant travailleur autonome ou pigiste. Il y a aussi les frais de démarrage de votre entreprise à prendre en considération (site web, publicité, achat de matériel, logiciel de facturation, location de bureau, assurances, etc.) Par conséquent, il serait judicieux de mettre un peu d’argent de côté avant de vous lancer afin de ne pas paniquer lors de l’attente de vos premiers paiements. Par ailleurs, savez-vous que certaines de vos dépenses peuvent être déduites? Cet article vous en dira plus sur les déductions et les crédits d’impôt que vous avez droit en tant que travailleur autonome. N’oubliez pas non plus de fixer votre tarif en prenant en compte toutes vos dépenses et de mettre de l’argent de côté chaque fois que vous recevez un chèque. Suivez aussi vos dépenses et vos revenus de près, puisqu’il serait dommage d’oublier d’envoyer une facture suite à un travail effectué.

Avez-vous pris le temps d’établir vos limites?

Si vous désirez devenir pigiste ou travailleur autonome, ce n’est sans doute pas pour que vous travailliez plus et que vous ayez encore moins de vie sociale ou familiale. Il est donc conseillé, avant de vous lancer, de définir vos limites. Combien d’heures par semaine désirez-vous travailler? Quand seront vos congés et vos vacances? Quel type de mandat recherchez-vous? Quels seront votre tarif et vos conditions de paiement? Et lorsqu’enfin vous aurez fait le grand saut, suivez vos limites le plus possible. N’oubliez pas que vous êtes à votre compte pour avoir une meilleure qualité de vie et non le contraire!

En conclusion, il y a beaucoup de bons côtés à devenir travailleur autonome ou pigiste, toutefois, comme pour les grands projets, un peu de préparation est de mise. Commencez par analyser votre marché et vos clients, mettez un peu d’argent de côté en attendant les premiers chèques, puis veillez à bien établir vos limites pour éviter le surmenage. N’hésitez pas à contacter d’autres professionnels pour avoir de l’aide ou de conseils. 

Ariane,

Momenteo

-> Découvrez notre article Les 10 commandements du nouveau pigiste.

Momenteo est un logiciel de facturation fait à Québec conçu spécialement pour les pigistes et les travailleurs autonomes. Maîtrisez facilement vos dépenses et vos revenus, même si vous n’êtes pas un expert en comptabilité. Utilisez le code secret BACON15 pour obtenir 15% de rabais sur tout abonnement ou essayez notre logiciel gratuitement!

Comment apprendre la notion de l’argent à vos tout-petits…et vos moins petits?


Ce n’est que récemment que le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a implanté le Programme d’éducation financière pour les élèves de cinquième secondaire. C’est une belle initiative du gouvernement québécois, mais c’est à se demander si ce n’est que le résultat d’une pression populaire grandissante. Ce programme ne couvre aussi seulement qu’une partie des finances personnelles, bref, la partie « gouvernementale » qui ne laisse aucune place à l’imagination pour les jeunes. Et pourquoi commencer aussi tard que le cinquième secondaire? Pourquoi ne pas implanter cette curiosité pour les finances personnelles dans le quotidien de nos enfants dès leur jeune âge? Ça peut vous paraître une tâche ardue, mais détrompez-vous, plusieurs trucs simples peuvent vous aider à enseigner l’autonomie financière à vos enfants. Parce qu’au fond, quel parent ne rêve pas d’un enfant responsable financièrement? 

L’humble fierté

Tout être humain qui travaille fort pour atteindre ses buts est fier des accomplissements qui réalise. C’est la même chose pour les enfants et leur « petit cochon ». Encouragez-les à être fier de leurs épargnes et de leurs accomplissements. Apprenez-leur aussi à se récompenser de temps à autre, parce que oui, c’est bon de se récompenser pour garder le moral et la motivation de continuer. Aidez-les à fixer des petits objectifs réalisables. Leur sentiment d’accomplissement et leur confiance grandiront rapidement et ils se sentiront éventuellement à l’aise de se fixer des objectifs un peu plus grands.

Il existe par contre une différence entre la fierté humble et la fierté « show off », comme je l’appelle. Si vous voulez enseigner les finances personnelles à votre enfant pour qu’il puisse se promener en Porshe, s’habiller en Prada et avoir une Rolex, faites X tout de suite, vous le faites pour les mauvaises raisons. Ce n’est pas chaque individu qui veut atteindre l’indépendance financière pour vivre un certain « lifestyle ». Regardez Steve Jobs, il n’avait aucune décoration et peu de meuble dans son appartement. C’était sa façon de mieux se concentrer au développement d’Apple. Laissez donc ce judicieux choix à votre enfant.

Des allocations gratuites? 

Mais non, profitez-en pour apprendre la valeur de l’argent et du travail à vos enfants. Et ici, je ne parle pas d’une rémunération fixe par semaine, mais bien d’une rémunération par tâche. Si vos enfants travaillent plus, ils retireront plus d’allocations. Oui, ça pourrait vous coûter un peu plus cher, mais réjouissez-vous, ça voudra dire que votre enfant est travaillant. Vous n’aurez donc pas à craindre que les gens disent: “ça paraît qu’il est payé à l’heure lui”. 

Vous remarquez peut-être que j’utilise le mot “rémunération”, et non pas montant d’argent, parce que la façon dont vous voudrez rémunérer votre enfant reste à votre discrétion. Avec des enfants en bas âge, la rémunération peut se faire avec des morceaux d’un petit casse-tête, par exemple. Et lorsque votre enfant aura collectionné toutes les pièces du casse-tête, récompensez-le avec une activité de son choix.

Encourager l’entreprenariat

Votre enfant veut un nouveau vélo? Encouragez-le à ramasser des sous plus rapidement en créant une petite entreprise. Il y a toujours la bonne vieille méthode du Stand de limonade pour que votre enfant amasse un peu d’argent. Je l’ai moi-même fait avec ma meilleure amie d’enfance pour amasser des dons pour Opération Enfant Soleil. Ok, on a perdu l’argent mais l’intention était là 😅. Je ne sais pas si c’est de là que vient ma fibre entrepreneuriale ; si oui, je confirme que je suis beaucoup plus responsable avec l’argent.

Si vous me trouver « old school » avec mon Stand à limonade, vous pouvez toujours acheter une batch d’étui à cellulaire pour que vos enfants puissent les vendre à leurs amis. C’est beaucoup plus accessible que vous pensez avec des plateformes comme Alibaba qui font de la vente en gros. Vous seriez surpris du nombre de compagnie qui utilise cette plateforme pour garnir leur inventaire.

Le “recyclage”

Apprenez-lui la notion du recyclage. Pas le recyclage de plastique (malgré que c’est une notion très importante vue l’état de nos océans☹️) mais bien le recyclage d’objets. Je sais que ça peut être difficile à apprendre cette notion à vos enfants puisqu’eux aussi veulent les nouveaux Nike trop cool que William a eu pour sa fête. Il suffit de leur apprendre qu’avec le même montant d’argent, il pourrait en avoir plus.

Des cadeaux payants

Lorsque vient le temps de leur offrir des cadeaux, optez pour des cadeaux avec une valeur monétaire potentiellement grandissante. Quand ils sont plus jeunes, voir bébés, ils ne s’attendent pas à avoir des jouets dispendieux, profitez-en pour glisser quelques dollars dans leur compte de banque, ils vous remercieront plus tard. Quand ils sont plus vieux et qu’ils commencent à comprendre le concept de l’argent, pourquoi ne pas leur offrir une action de Disney, par exemple, au lieu d’un cadeau inutile qui ramassera la poussière dans le sous-sol à côté de votre elliptique qui ramasse lui aussi la poussière? Vos enfants seront complètement fous de savoir qu’ils appartiennent « un ti peu » Disney ou une autre compagnie qu’ils adorent. Il est même possible d’avoir un certificat d’investissement lors de votre achat. Et plus tard, qui sait, peut-être que l’action aura augmenté.

Dépôts réguliers

En encourageant votre enfant à faire des dépôts régulièrement dans leur compte épargne, vous l’aiderez à créer la bonne habitude de se payer en premier lorsqu’il sera adulte. Au fil du temps, il verra son compte grandir et prendra goût à l’épargne.

En éduquant votre enfant vers la bonne voie, peut-être que vous réussirez-vous même à redresser vos finances, parce qu’il n’y a rien de mieux que d’enseigner pour apprendre.

P.S. Si t’as pas d’enfant, pratique toi sur ton chien. Pis si t’as pas de chien, bin je sais pas quoi te dire.

Salut,

V.