Se préparer financièrement à l’arrivée d’un bébé

Bon, je dois avouer que j’écris cet article tout en apprenant sur le sujet. Je ne m’étais jamais vraiment arrêté sur la question, sauf là, maintenant que ça me concerne.

Je sais qu’élever un être humain coute beaucoup de sous, mais combien? Et est-ce qu’il y a une façon de s’y préparer.

D’après moi, il n’y a pas UN budget parfait pour tout le monde parce que ça peut varier grandement de famille en famille, du fait qu’on fait tous des choix différents. Par exemple, les courageux qui décident d’utiliser les couches lavables vont payer plus cher au début pour s’équiper mais vont sauver beauuuucoup de sous sur le long terme. C’est ce qu’on appelle un investissement actif, moi je suis plus du genre passif, alors je passe haha.

Ça dépend aussi si la maman allaite ou non, qu’elle en soit capable ou non, qu’elle le veuille ou non. Bref, ce choix lui appartient, mais affecte bien évidemment le budget, parce le lait maternel, c’est gratuit. Mais, il y a d’autres coûts associé à l’allaitement, comme les brassières, les compresses, les crèmes, etc.                     

Ça peut aussi varier tout dépendamment de la façon dont on vit la grossesse. Si on décide d’être suivi en clinique privée, si on décide de faire des tests plus poussés, si on a fait appel à des traitements de fertilité, etc. Parfois, ce ne sont pas nos choix, mais ils affectent quand même les dépenses entourant le bébé.

Il faut aussi garder à l’esprit que le premier enfant coutera beaucoup plus cher parce qu’on doit s’équiper de A à Z.

Donc pour commencer, on doit savoir combien nous allons gagner par mois lors du congé de maternité. Il serait donc important de :

Les trois derniers seront versé directement dans le REEE de votre enfant si vous décidez de lui en ouvrir un et d’y cotiser.

  • Connaître le montant de vos salaires lors du congé de maternité. Vous devrez déterminer la durée du congé pour connaître le pourcentage exact de ton revenu. Il est aussi important de connaître les volontés du papa, peut-être voudra-t-il prendre quelques semaines avec son enfant. Ça pourrait affecter tes prestations parentales.
  • Prévoir des impôts sur les cotisations de la RQAP, ou encore plus simple, les faire déduire à la source. Sinon, c’est une belle surprise qui va t’attendre à la fin de l’année!

Ensuite, pour définir les dépenses qui seront occasionné par la naissance du bébé, on peut :

  • Prévoir les grosses dépenses à venir comme la couchette, le mobilier de chambre, la poussette, la garde-robe, la chaise-haute, etc. et établir un montant dont vous êtes confortable.
  • Prévoir les dépenses régulières qui viendront avec l’arrivée du bébé, comme les couches, la formule, les wipes, les vêtements, etc. Amazon offre des bons rabais si on s’abonne à la livraison tous les X mois.
  • Parcourir les sites de revente tel que Marketplace sur Facebook et Kijiji. Si on n’a pas les moyens de tout acheter en neuf, et même si on ne le souhaite juste pas, on a la chance d’avoir accès à ces sites de « ventes de garage » en ligne. Il n’y a aucune honte à acheter une couchette ou du linge de seconde main. En fait, c’est probablement plus responsable ainsi, considérant que l’enfant portera chaque morceau que pour quelques mois. Et d’autant plus que nous sommes de plus en plus conscientisé aux achats de seconde mains.
  • Pour une fois, on peut dire qu’on est chanceux ici au Québec. Nous n’avons pas à payer pour notre accouchement. Contrairement à nous, les citoyens des États-Unis sortent de l’hôpital non seulement avec un beau bébé neuf mais aussi avec une facture salée qui peut facilement monter à 15,000$. Ils sont moins imposés, mais ont moins de services « gratuits ». Quel est le plus avantageux? Ça c’est un débat pour un autre jour.

Enfin, la partie un peu plate mais tout aussi importante, si ce n’est pas plus: assurer un beau futur à votre enfant.

  • Si aucun des deux n’avez d’assurance vie, maintenant serait peut-être le bon moment d’en magasiner une. Question d’assurer un futur à votre enfant advenant que le pire arrive. Si vous hésitez entre une assurance vie pour vous ou pour votre enfant, dites-vous qu’il est plus important de vous assurer que d’assurer votre enfant parce que c’est vous qui devrez subvenir à ses besoins si jamais vous mourrez les deux, pas le contraire. Si vous ne savez pas où chercher, je peux vous référer à quelqu’un de très compétent.
  • Une autre façon de protéger votre enfant est de faire un testament (ou de le mettre à jour si vous en avez déjà un).
  • Ouvrir un REEE pour les études de votre enfant. Je vous invite à lire cet article pour en savoir d’avantage. Il est aussi important de continuer à cotiser à vos REER et CELI pour pouvoir bénéficier de l’avantage fiscale.
  • Et si vous avez la liberté financière de le faire, ayez idéalement un fond d’urgence d’environ 3 à 6 mois de dépenses. Parce qu’il est difficile de réellement prévoir quelles seront les dépenses au cours de ton congé de maternité, ce fond d’urgence vous sera assurément utile.

J’imagine que j’ai manqué quelques points, mais comme je disais au début, c’est un apprentissage pour moi aussi. Donc si tu es maman ou papa ou tu connais d’autres dépenses ou trucs ou peu importe, partage-les moi. J’ai bien l’intention de mettre cet article à jour au fil du temps.

A+

V.

Noël, c’est pas obligé de rimer avec abus!

Le décompte est officiellement commencé. Il reste 13 dodos avant la veille de Noël. 13 dodos avant de se rassembler avec nos familles et nos proches. 13 dodos (ou peut-être moins) avant de se lancer dans un marathon de soupers un peu trop gourmands et alcoolisés.

C’est le fun le temps des fêtes, vraiment. Mais pourquoi ça nous prend toujours un ou deux mois pour s’en remettre? Et autant au niveau du bedon que du portefeuille!

C’est certain qu’au niveau de l’énergie, tout le monde a besoin d’un petit break au retour des fêtes. Mais je suis certaine qu’il y a des moyens d’épargner le bedon et le portefeuille un peu. Je vous laisse deviner sur lequel je vais parler.

Voici 12 trucs pour éviter de se ruiner à Noël 

  1. Économiser tout au long de l’année : ça peut être difficile de planifier ton magasinage de Noël un an à l’avance, mais ça t’éviterait probablement d’avoir deux mois difficiles après les fêtes. Dépenser 500$ one shot ça peut paraître énorme, mais si on l’a économisé sur 10-12 mois c’est vraiment moins pire.
  2. Ne pas dépasser ses limites : « Oui, mais ma mère serait tellement contente d’avoir cette sacoche ». Ok, oui elle serait probablement contente. Mais elle serait aussi probablement très triste d’apprendre que ce cadeau t’auras causé un stress financier. Respecte ta capacité, ta famille et tes proches t’aimeront autant même si tu ne leur achète pas une Rolex.
  3. Ne pas sous-estimer les plateformes de revente : je parle de Kijiji, Marketplace et compagnie. Il y a souvent des choses presque neuves à vendre sur ces plateformes. Et les gens deviennent de plus en plus conscientisé sur le seconde main. Pourquoi acheter des choses neuves quand on peut les acheter usagés mais en parfaite condition pour la moitié du prix?
  4. Magasiner pendant les ventes : si tu as lu mon article sur le Black Friday, tu sais comment bien profiter des évènements dans ce genre.
  5. Recevoir de l’argent pour tes achats : utilise le site Rakuten lorsque tu fais tes achats pour obtenir des remises en argent.
  6. Prioriser les objets utiles et les activités : personne n’aime recevoir des cadeaux « pitché » ou inutile. Une activité peut souvent être un cadeau encore plus cool parce que ça devient un souvenir, et pas seulement un objet.
  7. Acheter localement : on peut faire de belles petites trouvailles dans les marchés locaux qui feront très plaisir à tes proches.
  8. Utiliser les points de ta carte de crédit pour payer un cadeau : faut bien que ça serve à quelques choses ces points-là!
  9. Définir une limite avec son/sa partenaire et/ou ses proches : je suis certaine que les personnes à qui tu proposeras cette idée de limite ne seront pas fâchés, au contraire!
  10. Pas obliger de participer à toutes les échanges cadeaux : c’est correct de passer son tour pour les échanges cadeaux, tsé. Surtout à ceux que tu sais que tu vas te ramasser avec un vieux bibelot de chat.
  11. Créer des cadeaux DIY : laisse aller ton côté artistique. Parcours Pinterest et fais un petit projet DIY. Les gens vont certainement apprécier un cadeau fait par toi avec amour.
  12. Cuisiner des cadeaux : offre de la bonne bouffe au lieu d’un cadeau insignifiant. Des cupcakes, c’est un bon cadeau d’hôte, just sayin’.

Encore une fois, l’organisation l’emporte sur le « dernière minute ». Ralentis et prend le temps de planifier les choses.

Joyeux temps des fêtes!

V.

La SEULE bonne raison de rester avec ton chum/ta blonde: c’est l’argent!


Je vous entends déjà dire : « bin voyons est tu folle elle? »

Mais avant de me lancer des roches, lis jusqu’au bout.

Qu’est-ce que tu dirais si je te disais que bien des gens restent dans des « relations » juste pour l’argent?

Dirais-tu que c’est correct ou que tu n’as pas les mêmes valeurs?

Et bien, je t’annonce qu’une bonne partie de la population le fait, incluant même peut-être: TOI.

« Mais de quoi elle parle?? »

Je parle de ta job.

Parce qu’au fond, une job c’est un peu comme une relation interpersonnelle, il y a des hauts et des bas, des journées plus difficiles, d’autres plus satisfaisantes. Tu peux être épanouie autant dans ton travail que dans une relation interpersonnelle. Il y a de la joie, de la colère, de la confiance, de l’ouverture d’esprit, de la communication, etc. Puis, il y a un avantage monétaire dans les deux cas; d’une part tu as une paie aux deux semaines et de l’autre tu peux diviser des coûts.

(Je parle de relation interpersonnelle parce que ça peut être autant une relation amoureuse qu’une relation de colocation par exemple.)

Une job; c’est habituellement appréhender avec un signe de $. On a tous besoin d’une job, d’un revenu pour survivre. Et plus on performe, plus on a de chance d’avancer dans l’organisation et d’obtenir des bonus ou des augmentations de revenus. Mais, le signe de $ ne devrait pas être la seule raison pour garder une job que tu détestes.

Donc, si la seule raison pour laquelle tu gardes ta job c’est la rémunération, bin c’est la même chose que si tu restais dans une relation interpersonnelle pour l’argent ou l’avantage monétaire.

C’est aussi con que dire: « Bin je reste avec mon chum seulement à cause de l’argent, je ne pourrais pas payer mon appart tout seul ». Je te le dis tout de suite, si tu fais ça pour ta job OU ton partenaire, you are wrong.

Là, je ne suis pas en train de te dire de tout crisser là. Mais je veux te faire réaliser que le fait de rester dans une situation que tu n’apprécies pas, n’aura que des effets négatifs à court et à long terme. Et contrairement à ce que tu peux espérer, ta performance ne sera pas meilleure, ta motivation n’augmentera pas et ton sentiment d’accomplissement non plus; à moins que tu t’efforce à changer ta relation avec ta job.

À mon humble avis, je crois que LE sentiment le plus important, que ce soit dans un milieu de travail ou à la maison, c’est le sentiment d’épanouissement. Quoi de pire que de se sentir inutile et de ne pas être apprécié à sa juste valeur. Mais bien souvent, le problème c’est qu’on ne sait même pas qu’est-ce qui nous épanouis.

Donc, afin d’être en mesure de changer ta relation avec ta job, il faut que tu commences par déterminer tes sources d’épanouissement. Si pour certains, le seul fait d’avoir un emploi stable les comblent, d’autres ont besoins de défis pour se sentir motivé. Parce qu’il est certain qu’une personne qui a besoin de défis va se sentir inutile dans un emploi répétitif et conçus pour une personne qui veut un paix d’esprit rendu à la maison après son 9 à 5.

Alors, quelles sont tes sources d’épanouissement? Le travail d’équipe? Être capable de terminer une tâche sans demander d’aide? Des défis? Des responsabilités? Aider les gens? Contribuer à la santé des enfants? Défendre une cause? Etc…

Une fois que tu connais tes sources d’épanouissement, prend action!

Pour t’aider, je t’ai préparé 10 actions que tu peux entreprendre tout de suite afin de changer ta relation avec ta job :

Établir des objectifs avec son employeur

Informe-le de tes sources d’épanouissement. Si ton désir est de grimper les échelons, demande-lui ce que tu dois faire pour atteindre tes objectifs. La communication avec ton patron est très importante; il ne peut pas deviner tes buts et tes aspirations. Alors book un meeting avec lui/elle asap.

Ne pas se comparer aux autres et à leurs objectifs

Surtout s’ils sont rendus à une étape importante dans leur vie, ils ont travaillé fort pour y arriver et ça leur a pris du temps. Chaque personne évolue à son propre rythme et te comparer ne fera que te décourager.

Demander des formations à son employeur

Demandez et vous recevrez. Forme-toi, autant à ton travail qu’au personnel. Il y a même des formations qui pourraient t’être bénéfique dans ces deux sphères. Je suis en train de lire le livre « Persuasion » et l’auteur explique qu’une organisation a envoyé ses employés suivre une formation sur l’écoute. Résultats? Les dirigeants ont vu une énorme de différence dans l’organisation et les employés ont vu une différence considérable dans leur travail, mais aussi dans leur vie personnelle. Faire d’une pierre deux coups, j’adore!

Utiliser le stress comme un levier de motivation et une force pour relever plus de défis

Apprendre à canaliser ton stress ne te rendra que plus performant. Tu relèveras de plus en plus de défis et tu réaliseras tes objectifs. La satisfaction d’avoir accomplis quelque chose est beaucoup plus grande lorsqu’on sort de notre zone de confort. Une fois que ton cerveau comprendra que le bon stress est un motivateur, sky will be the limit.

Contribuer à un bon environnement de travail

Favorise la bonne humeur au bureau, participe aux activités proposés, aide à organiser les évènements, implique-toi, participe à rendre ton espace de travail accueillant et motivant et surtout, n’encourage pas tes collègues qui sont négatifs et qui ne font que se plaindre.

Aménager son environnement de travail de façon à ce que tu sois heureux d’y être

Mets des photos des gens que tu aimes, des plantes, un beau cahier de note, des citations de motivation et désencombre ton bureau. Tu pourrais aussi proposer un concours du plus beau bureau pour motiver tes collègues à faire la même chose.

Devenir intrapreneur

Si l’entreprise pour laquelle tu travailles t’intéresse, deviens intrapreneur. Apporte des nouvelles idées, participe au développement de l’organisation et fais-toi connaître. Qui sait, peut-être qu’un jour tu seras actionnaire de cette compagnie. Et si ça arrive, crois-moi, tu seras fier d’y avoir mis autant d’énergie.

Apprendre à se féliciter

Ne te fie pas à ton employeur pour te féliciter. Ce n’est pas tous les patrons qui sont des leaders et donc ce n’est pas tous les patrons qui félicitent leurs employés de façon régulière…et sincère. Soit fier du travail que tu accomplis, tu sauras plus facilement te féliciter.

Accepter ses faiblesses et ses erreurs

Connaître tes faiblesses et reconnaître tes erreurs t’aideront à grandir, c’est la base de l’accomplissement personnel. Fais un bon travail d’introspection et demande-toi où est-ce que tu pourrais t’améliorer. Ensuite, fait des formations et demande du feedback à ton supérieur.

Être organiser et déterminer ses priorités au début de chaque journée

C’est la base. Fais-toi un plan pour la journée et définis tes objectifs quotidiens. Débarrasse-toi des petites tâches en premier et attaque-toi aux tâches plus importantes au moment de la journée où ta productivité est à son meilleur. Ah pis, laisse faire les réunions inutiles.

Alors voilà, en connaissant tes sources d’épanouissement, tu pourras avoir une meilleure idée des actions que tu dois entreprendre pour améliorer ton expérience au bureau.

Oh pis, si l’idée de tout crisser là te trotte dans la tête, t’as aussi des devoirs à faire. Commence par prendre une feuille et un crayon, pis fais-toi un plan, un plan de la mort. Mets le plus de détails possible, établis ta vision, ton purpose, écris où tu aimerais être dans 1 an, 2 ans, 5 ans, 10 ans. Parce que sans plan, tu risques de te planter. Les plus grands ne se sont pas rendus où ils sont par pur hasard, ils avaient un plan et ils ont travaillé extrêmement fort pour atteindre leurs buts. Alors, fais de ton plan ta motivation pour te lever le matin et travaille jusqu’à temps que tu atteignes tes buts.

Maintenant, va gérer ton bacon!

V.


Divulgation: Gère ton bacon n’est pas un service de conseiller financier et ne devrait en aucun cas être perçu ainsi. Les astuces données dans cet article découlent d’expériences personnelles et les lecteurs devraient toujours faire leur propres vérifications avant d’appliquer n’importe quelle astuce. La situation financière diffère pour chaque personne et ce n’est pas tous les produits qui sont optimales pour chacun. Gère ton bacon peut recevoir des commissions sur les liens inclus dans cet article. Chaque produits ont réellement été utilisés et testés par l’administrateur de ce blog et seulement les meilleurs vous sont recommandés. Gère ton bacon tient à conserver son lien de confiance avec les lecteurs et en aucun cas un produit indésirable sera volontairement recommandé à des fins de rémunération.

Le minimalisme | L’intégrer à ses finances personnelles

« Hum, où est mon chandail jaune? »

« La facture de déneigement de l’année passée? Donne-moi 2 semaines et je te trouve ça »

« Je me demande vraiment comment y’a encore des gens qui vivent sans walk-in »

Ces questions-là, je me les pose au quotidien. À la longue, ça devient épuisant de toujours se demander où sont ses choses et d’avoir le sentiment d’être écrasé par tous ces objets. 

Avant, j’avais l’impression qu’il était sain et normal de remplir sa maison d’objet, mais aujourd’hui, si je pouvais me débarrasser de tout ce que j’ai, je le ferais. Pas parce que j’ai l’intention de vivre comme une va-nu-pieds, mais parce que j’ai l’impression d’être prisonnière de toutes ces choses que j’ai chez moi. J’ai aussi l’impression que ça m’empêche de me concentrer sur des aspects plus importants de ma vie.

À force de me sentir comme ça, j’ai commencé à rechercher des façons de m’organiser et c’est là que je suis tombé sur le minimalisme. Plus spécialement sur le livre The Life-Changing Magic of Tidying Up: The Japanese Art of Decluttering and Organizing de Marie Kondo, la spécialiste du rangement et de l’organisation. Je me suis rapidement rendu compte que l’organisation n’est pas mon problème. Au travail, mon bureau est bien rangé et rien ne traîne, tout est à sa place. Le problème, c’est le nombre d’objets que je possède. Et surtout, le nombre d’objets qui ne m’apportent plus de joie, qui m’apportent, en fait, du stress.

Le minimalisme, bien qu’étant une pratique de plus en plus répandue, reste souvent incompris du grand public. « Pourquoi me débarrasser de toutes mes choses que j’ai achetées avec mon argent si durement gagné ? Ma maison va avoir l’air vide. Ça ne me tente pas de faire du lavage chaque jour pour laver ma seule paire de bas. »

L’idée derrière tout ça est de se simplifier la vie. C’est vrai tsé, on garde toutes nos vieilles choses « au cas où ». 

« Mes 64 tasses à café? Bin non, je les garde au cas où je m’achèterais un chalet »

« Mes t-shirts pleins de peinture? Je les garde au cas où je voudrais peinturer ma maison »

« Mon vieux téléphone à câble jauni? Ah ça je le garde…hum…au cas où ça reviendrait à la mode »

« Mes vieux walkie talkie de mon enfance? BIN LÀ, je les garde au cas où on se ferait attaquer par des zombies!!!!! » 

Au fil du temps, nos objets perdent de la valeur à nos yeux. On fait juste traîner un stress grandissant d’année en année au lieu de s’en défaire parce qu’on devient « attaché » à nos choses. Mais je crois fermement que cet attachement est plus du confort qu’autre chose.

Bref, imagine intégrer le minimalisme à tes finances personnelles! Les rendre si simple et légère que tu ne stresseras plus jamais à propos de l’argent. Par contre, comme intégrer le minimalisme dans ta maison, l’intégrer à tes finances prendra un peu, beaucoup, de travail. Mais à long terme, les bénéfices sont immenses. Je crois que la meilleure façon de commencer, c’est de s’informer et d’être ouvert au changement. Si ça t’intéresse, je t’invite à aller visiter le site The Minimalists.

J’espère réécrire un article dans un an ayant comme titre « Le minimalisme a complètement changé ma vie et mes finances personnelles : Voici comment! ». Mais pour l’instant, je vais intégrer le minimalisme dans ma routine et dans mon blog, parce que je crois honnêtement que cette pratique peut changer des vies.

Il me reste plus qu’à m’y mettre. T’embarques?

Ciao,

V.

Préparer ses impôts comme un(e) champion(ne)!

La période d’impôt peut être un moment stressant pour la majorité des gens. C’est souvent aussi à ce moment-là qu’on s’ennuie d’être des enfants et avoir comme seul souci de garder notre Tamagotchi en vie. Mais, pour profiter des avantages d’être un adulte, il faut en payer le prix (littéralement). Je ne sais pas pourquoi, mais on aime aussi attendre à la dernière minute pour préparer et rassembler nos documents. On aime bien ça se claquer notre déclaration d’impôt avec une petite crise d’anxiété la dernière semaine d’avril, parce que, anyway, y nous reste du chocolat de Pâques pour nous réconforter.

L’impôt est un sujet très vaste qui comprend énormément de subtilité. C’est pour cette raison qu’il est important de faire appel à des professionnels ou, du moins, de faire vérifier sa déclaration par l’un d’entre eux. Même quand on pense tout savoir, on peut parfois oublier certains détails et en payer le prix.

Tout dépendant de la situation personnelle de chacun, il y a plusieurs crédits d’impôts et déductions prévues par les autorités financières fédérales et provinciales. Les crédits d’impôts remboursables sont des montants que tu peux recevoir même si tu n’as pas d’impôts à payer, et les crédits d’impôts non-remboursables sont des montants déduits de l’impôt que tu aurais à payer. Les déductions, quant à elles, sont les dépenses que tu peux déduire de ton salaire pour ne pas être imposé sur ces montants. Il est important de connaître les avantages fiscaux que vous avez droit selon votre situation, parce que ce n’est pas le gouvernement qui va venir cogner à votre porte en disant que vous avez oublié de réclamer un crédit d’impôt.

Pour nous faciliter la tâche, l’Université de Sherbrooke a développé le Guide des mesures fiscales qui explique en détails quels sont les différents crédits d’impôts auxquels vous pourriez avoir droit, comme par exemple, le crédit d’impôt pour personne vivant seule, le crédit d’impôt pour traitement de l’infertilité, le crédit d’impôt pour athlète de haut niveau, le crédit d’impôt pour frais médicaux, le crédit d’impôt pour l’achat d’une première maison, etc. Il y a au-dessus de 90 et 125 crédits d’impôt et déductions au fédéral et au provincial. Ce serait abusif de tous les nommés ici mais les sites web de Revenu Canada et Revenu Québec sont aussi complet et il est facile de rechercher les différents crédits d’impôt ou déductions selon votre situation.

Pour éviter de vous compliquer la vie, classer vos papiers et reçus tout au long de l’année, vous vous assurerez ainsi d’avoir tous les documents nécessaires et ainsi vous doublerez vos chances de profiter des crédits d’impôt et déductions. Parfois on jette des reçus sans même penser que ça pourrait nous servir lors de notre déclaration d’impôt. Par exemple, on devrait toujours garder les reçus pour services médicaux et dentaires puisqu’on pourrait bénéficier d’un avantage fiscal (crédit d’impôt et déduction) si le montant déboursé atteint un certain pourcentage de notre salaire dans une période de 12 mois consécutifs.

Bref, si vous êtes, comme moi, encore à la dernière minute cette année, commencez donc déjà à classer vos papiers au lieu de les laisser s’empiler un peu partout dans votre maison. Achetez-vous un petit classeur expansible et classer vos documents en plusieurs sections comme; maison, santé, assurances, voiture, enfants, dons et charité, REER et placement, etc. Parce qu’il n’y a rien de pire que de chercher des papiers dans une montagne de papier une semaine avant la date limite, croyez-moi 😥.

En tout cas, moi c’est vraiment ma résolution pour 2019. Ça pis manger moins de chips. Qui qui embarque?

V.